L’assurance chômage

10 février 2011

Communiqué CFE-CGC du 10.02.11

À la reprise des discussions sur la convention d’assurance chômage deux visions de l’Unedic se sont croisées.
- D’une part un Medef rappelant la nécessité de réduire le déficit de l’Unedic pour assurer la pérennité du régime face à l’augmentation du nombre de chômeurs indemnisés,
- d’autre part des Organisations Syndicales de salariés réaffirmant le devoir de l’Unedic d’assurer un revenu de remplacement dès la privation d’emploi.

La confrontation sera maintenant celle des chiffrages réclamés à l’Unedic par les uns et les autres.

Les réflexions devraient notamment porter sur l’impact de la condition d’âge de 50 à 52 ans ou de 60 à 62 ans pour aboutir au maintien des droits jusqu’à la retraite.

La CFE-CGC demande comment intégrer les conséquences de la réforme de la retraite, celle de la disparition de l’AFDEF (Allocation en Faveur des Demandeurs d’Emploi en Formation), d’une multiplication des ruptures conventionnelles qui concerne de plus en plus les seniors,…quand la croissance est si peu génératrice de créations d’emplois.

À ce stade deux constats s’imposent :
- d’une part le contexte économique de faible progression du PIB pour 2011 et 2012 ne donne aucune marge de manœuvre financière,
- d’autre part la convention de 2009 a joué son rôle d’amortisseur des disparitions d’emplois générées par la crise depuis 2008.

Pour la CFE-CGC, ces deux paramètres sont les bases des réunions à venir. Le principe assurantiel de l’assurance chômage doit être maintenu. De plus, nous devons pleinement prendre en compte les situations les plus fragiles issues d’un chômage de longue durée.

Service communication CFE-CGC

Partager l'article