Coopération entre professionnels, transfert et partage de compétences

Les patients asthmatiques sont aussi bien suivis par une infirmière

5 avril 2014

En février 2013, la Cochrane Collaboration a publié une revue des études cliniques randomisées consacrée au suivi des patients asthmatiques par des infirmières versus par des médecins. Cette revue avait pour objet la question de recherche suivante : Le suivi des patients asthmatiques par une infirmière spécialisée est-il équivalent à ce même suivi par un médecin ? La réponse est oui ! Les revues de la Cochrane sont la meilleure ressource pour la recherche méthodologique.

Pour arriver à un bon contrôle de ces symptômes, les patients asthmatiques doivent faire l’objet d’un suivi régulier assuré par un prestataire de soins de santé professionnel. Pendant les consultations de suivi, ce professionnel doit aborder des aspects comme la prescription des médicaments, l’éducation à l’autogestion (p. ex. apprendre à utiliser un inhalateur, apprendre à reconnaître et à suivre l’évolution des symptômes), l’établissement d’un plan de traitement ou encore comprendre un examen clinique.

Traditionnellement, ces consultations sont effectuées par les médecins (le plus souvent des médecins généralistes ou des pédiatres). Depuis les années 1990, du fait de la charge de travail excessive que représente ce suivi pour les médecins en raison du nombre croissant des patients asthmatiques ainsi que de la pénurie grandissante de médecins, plusieurs pays occidentaux ont formé des infirmières spécialisées (p. ex. astmaverpleegkundige, ‘nurse practititioner’).

Cette étude a sélectionné uniquement des études cliniques randomisées avec groupe de contrôle. Cinq études ont finalement été retenues dont trois étaient axées sur des adultes et deux sur des enfants. Au total, 588 patients ont été inclus dans cette revue parmi lesquels 154 souffraient d’asthme non contrôlé et 434 souffraient d’asthme contrôlé.

Les principaux critères d’ évaluation ont été : la fréquence des exacerbations, la sévérité de l’asthme et les coûts de santé. Cette étude s’est aussi penchée sur d’autres critères d’évaluation et notamment sur la qualité de vie. La durée du suivi des différentes études incluses dans la revue a varié de 6 mois à 2 ans.

RESULTATS

Fréquence des exacerbations

La fréquence des exacerbations a été traitée dans 4 études (2 sur des adultes et 2 sur des enfants). Du fait que les exacerbations n’avaient pas été définies de la même manière dans les différentes études, ces résultats ont été analysés séparément. Les conclusions des 4 études ont néanmoins été similaires : aucune différence statistiquement significative entre le groupe d’intervention et le groupe de contrôle au niveau du nombre d’exacerbations n’a été constatée (durée du suivi entre 6 et 24 mois).

Une des études a inclus 154 patients ayant récemment fait une exacerbation d’asthme. Septante-huit patients ont été suivis par une infirmière. Parmi ces patients, 31 ont fait une exacerbation pendant les six mois du suivi. Parmi les 76 patients suivis par un médecin, 32 ont fait une exacerbation. Ce résultat ne montre pas de différence statistiquement significative : odds ratio (OR) 0,86 ; intervalle de confianceà 95% (CI) 0,44 à 1,71.

Dans deux autres études ayant inclus des enfants dont l’asthme était stabilisé, le nombre des exacerbations était très faible. Aucune différence n’a été constatée entre le groupe d’intervention et le groupe de contrôle.

Enfin, une étude menée dans les soins de première ligne n’a pas, non plus, montré de différence entre les deux groupes.

Sévérité de l’asthme

La sévérité de l’asthme n’a été étudiée que dans une seule étude (n=107). Après deux ans, il n’y a pas eu de différence entre les enfants asthmatiques suivi par un médecin généraliste (p=0,18) ou un pédiatre (p=0,28) et les enfants suivis par une infirmière.

Coût total en soins de santé

Aucune différence n’a été constatée (p=0,62) au niveau du coût total des soins de santé entre les patients suivis par une infirmière (343 euros) et ceux suivis par un médecin (357 euros).

Qualité de vie

La qualité de vie liée à la maladie a été rapportée dans 3 études qui ont inclus 380 patients au total. Sur la base de ces études, aucune différence n’a été constatée au niveau de la qualité de vie entre le groupe d’intervention et le groupe de contrôle.

CONCLUSION DE LA REVUE COCHRANE

“Aucune différence n’a été constatée au niveau des critères d’évaluation des patients asthmatiques entre les patients suivis par une infirmière et les patients suivis par un médecin. On peut déduire des études incluses dans cette revue, que dans le cas des patients souffrant d’asthme bien contrôlé le suivi par une infirmière semble aussi approprié que le suivi par un médecin. De nouvelles études sur des patients souffrant de différentes formes d’asthme, ainsi que des données sur les « événements indésirables » et les coûts de santé sont nécessaires.”

Références
- https://kce.fgov.be/fr/news/les-pat...
- Kuethe MC, Vaessen-Verberne AA, Elbers RG, Van Aalderen WM. Nurse versus physician-led care for the management of asthma. Cochrane Database Syst Rev. 2013 ;2:CD009296.

Partager l'info



 


toute l’Actualité