Santé publique

Obésité et fructose industriel des aliments préparés

Le fructose (présent à l’état naturel dans les fruits) se retrouve très largement dans les aliments préparés (notamment sous forme de sirop de maïs). Ce fructose industriel est incriminé dans l’épidémie d’obésité.

2 janvier 2013

Des chercheurs de l’école de médecine de l’Université de Yale (Etats-Unis) ont montré, grâce à l’imagerie par résonance magnétique IRM, qu’une alimentation riche en glucose réduit le flux sanguin et l’activité dans les zones du cerveau impliquées dans la régulation de l’appétit, phénomènes qui ne sont pas observés si le glucose est remplacé par du fructose industriel.

Ainsi, une alimentation trop riche en fructose industriel ne déclenche pas le phénomène de satiété, favorisant des apports excessifs et par voie de conséquence l’apparition d’un surpoids puis d’une obésité.

Mais les auteurs font un distinguo entre fructose « naturel », trouvé dans les fruits, et fructose « artificiel », incorporé dans des produits prêts à être consommés ; le premier étant absorbé plus lentement que le second du fait de la structure fibreuse du fruit, n’aurait pas ou peu cet effet cérébral sur le centre de la satiété.

Ce n’est pas la première étude à mettre en cause l’usage, considéré comme excessif, du sirop de maïs dans l’industrie agro-alimentaire mais c’est sans doute la première à faire appel à la neuro-imagerie par IRM pour apporter une telle explication physio-pathogénique au rôle de l’excès de fructose industrieldans l’épidémie d’obésité et peut être de diabète de type 2.

Partager l'info



 


toute l’Actualité