Une IDE peut-elle surveiller la tension ? Non pour 20% des généralistes !

17 mars 2014

Les propos issus d’une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) sont incroyables ! Ce service s’est penchée sur la coopération entre médecins et infirmiers, dans le cadre de l’article 51 de la loi HPST (Études et résultats n° 873, février 2014).

Selon la DREES, "Un tiers des médecins interrogés sont favorables à la délégation d’une ou plusieurs tâches à une infirmière qui serait rattachée à leur cabinet pour quelques permanences dans la semaine". Le SNPI doit-il en conclure que si l’IDE réalisait les mêmes actes dans son propre cabinet elle serait plus dangereuse ?

De même, "Une liste de tâches « transférables » a été soumise aux médecins. Les tâches qui relèvent des compétences réglementaires du médecin, telles que les prescriptions ou encore les gestes médicaux seraient moins volontiers déléguées à une infirmière : la moitié seulement des praticiens seraient prêts à déléguer la prescription de HbA1c pour un patient diabétique et 35 % à déléguer la réalisation d’un frottis cervical. En revanche, ils sont plus de 80 % à souhaiter transférer des tâches qui relèvent de l’éducation thérapeutique du patient diabétique ou asthmatique, de l’éducation nutritionnelle, de la surveillance de la tension artérielle ou encore de l’accompagnement des patients dans l’arrêt de la consommation de tabac."

Le SNPI, Syndicat National des Professionnels Infirmiers, se désole de tant d’incompétences sur nos compétences ! Leur méconnaissance de notre profession est telle que 20% des médecins généralistes ne souhaitent pas nous déléguer des actes ou des compétences qui relèvent pourtant de notre rôle propre depuis 1978 ! Quant à la DREES, l’idée de mettre la "surveillance de la tension artérielle" dans sa liste relève du gag !

Plus de détails dans l’article "DREES : étude délirante sur les coopérations !" http://www.syndicat-infirmier.com/DREES-etude-delirante-sur-les.html

Partager l'article