Covid19 et Clofoctol l’antibiotique testé par l’Institut Pasteur de Lille

Covid19 et Clofoctol l'antibiotique testé par l'Institut Pasteur de Lille

29 novembre 2020

La molécule pourrait être administrée au patient en ambulatoire dès la révélation d’un test PCR positif, « afin d’abaisser la charge virale, de réduire la contagiosité et d’éviter que le malade ne développe une forme grave de la maladie ».

A coté des vac­cins, il est impor­tant de trou­ver un médi­ca­ment contre le covid19. L’ins­ti­tut Pasteur de Lille tra­vaille sur le clo­foc­tol, un anti­bio­ti­que uti­lisé en France de 1978 à 2005 pour trai­ter les infec­tions res­pi­ra­toi­res béni­gnes sous la forme du sup­po­si­toire Octofene.

Depuis février 2020, les équipes de recher­che de l’Institut Pasteur de Lille (CNRS, Inserm, Université de Lille, CHU de Lille ) se sont asso­ciées pour trou­ver un trai­te­ment contre le Covid-19.

Cela fait écho à l’his­toire de l’Institut Pasteur de Lille où Albert Calmette avait décou­vert le vaccin contre la tuber­cu­lose (BCG) en 1921. Pour ce projet de recher­che, l’Institut Pasteur de Lille a béné­fi­cié d’une sub­ven­tion de 800.000 euros de la Région Hauts de France.

Comme pour l’ins­tant le gou­ver­ne­ment ne consa­cre pas un cen­time au médi­ca­ment pour se cen­trer sur les vac­cins, LVMH a annoncé en octo­bre le ver­se­ment d’un don de 5 mil­lions d’euros à la fon­da­tion.
https://www.aefinfo.fr/depe­che/637456-pas­teur-lille-obtient-5-m-de-lvmh-pour-repo­si­tion­ner-un-ancien-medi­ca­ment-l-octo­fene-sur-le-trai­te­ment-du-covid

Cela met en évidence, une fois encore, les dif­fi­cultés de la recher­che fran­çaise, avec un gou­ver­ne­ment hors-sol.
- https://www.jim.fr/e-docs/clo­foc­tol_la_mys­te­rieuse_mole­cule_anti_covid_de_pas­teur_lille__184810/docu­ment_actu_pro.phtml
- https://www.what­sup­doc-lemag.fr/arti­cle/le-clo­foc­tol-la-mole­cule-mira­cle-contre-la-covid19-de-lins­ti­tut-pas­teur-lille

« Cette molé­cule a une action sur les deux portes d’entrée du virus dans les cel­lu­les humai­nes, contrai­re­ment à l’hydroxy­chlo­ro­quine. De plus, il n’est pas néces­saire d’aug­men­ter sa concen­tra­tion pour qu’elle soit effi­cace, contrai­re­ment au Remdesivir », détaille Benoît Déprez à AEF info. Il s’agi­rait, si ses effets sont avérés par les tests cli­ni­ques, d’un trai­te­ment pré­coce contre le coro­na­vi­rus. La molé­cule pour­rait être admi­nis­trée au patient en ambu­la­toire dès la révé­la­tion d’un test PCR posi­tif, « afin d’abais­ser la charge virale, de réduire la conta­gio­sité et d’éviter que le malade ne déve­loppe une forme grave de la mala­die ».
https://www.futura-scien­ces.com/sante/actua­li­tes/coro­na­vi­rus-clo­foc­tol-il-mole­cule-mira­cle-ins­ti­tut-pas­teur-trai­te­ment-effi­cace-anti-covid-83743/

Jusque-là, lors des tests in vivo (en labo­ra­toire) sur des cel­lu­les de poumon humain, la molé­cule a prouvé son effi­ca­cité de trois maniè­res dif­fé­ren­tes : bais­ser la charge virale, réduire la conta­gio­sité et éviter le déve­lop­pe­ment d’une forme grave de la mala­die. Les résul­tats des essais cli­ni­ques chez l’homme sont atten­dus pour la fin du prin­temps 2021.
- http://www.fran­ce­soir.fr/societe-sante/trai­te­ment-anti-covid-19-un-ancien-sup­po­si­toire-pour­rait-etre-le-remede-tant-attendu
- https://www.lefi­garo.fr/scien­ces/covid-19-un-ancien-sup­po­si­toire-anti­bio­ti­que-en-test-pre­cli­ni­que-20201019

Partager l'article