Violence aux urgences : quelles solutions ? (vidéo Public Sénat) #nosviesdabord

"thierry amouroux" infirmier vidéosurveillance hopital

21 mai 2018

Pour Thierry Amouroux, porte parole du syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI CFE-CGC), la vidéosurveillance est « un gadget » : « ce qu’il faut, c’est traiter les causes. Pourquoi, il y a de la violence aux urgences ? C’est parce que les gens ont des temps d’attente anormaux. Parce qu’il n’y a pas assez de soignants (…) Ce qui est important c’est d’avoir du monde pour prendre en soin des patients qui viennent. On voit qu’il y a eu une augmentation très importante de passages aux urgences et que les effectifs n’ont pas suivi. Donc, du coup, la charge de travail est très importante, le temps d’attente des patients est très important (….) On n’a plus assez de temps pour accompagner correctement les personnes. »

Les invités de l’émission de Public Sénat « On va plus loin » débattent du renforcement de la vidéosurveillance dans les hôpitaux, pour lutter contre la violence envers le personnel hospitalier : https://www.publicsenat.fr/article/societe/videosurveillance-a-l-hopital-un-gadget-86000

Aujourd’hui, les urgences vitales sont très rapidement prises en charge. A contrario, les patients qui viennent pour des consultations attendent souvent plusieurs heures. La solution, c’est avant tout de mieux recevoir les patients​. Il n’y a pas assez de personnel pour répondre aux besoins, c’est ce qui crée des situations de tension », explique Thierry Amouroux.

Le porte-parole du SNPI pointe un autre problème. Selon lui, les personnels soignants agressés reçoivent rarement le soutien de leur direction : « Il n’y a que dans 1 cas sur 4 que les directions des hôpitaux portent plainte pour soutenir leur personnel soignant agressé : http://www.syndicat-infirmier.com/Hopitaux-15-infirmiers-agresses.html

Voir également :
- Violences aux urgences : « S’il y a des agressions, c’est parce que les patients attendent des heures » https://www.20minutes.fr/societe/2272183-20180516-violences-urgences-agressions-parce-patients-attendent-heures
- Vidéosurveillance dans les hôpitaux : et si ça ne servait à rien ? https://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/videosurveillance_dans_les_hopitaux_et_si_ca_ne_servait_a_rien__171783/document_actu_pro.phtml

Partager l'article