Donnez votre opinion sur les futurs vaccins COVID19

Donnez votre opinion sur les futurs vaccins COVID19

22 novembre 2020

Le débat sur la vac­ci­na­tion contre le COVID19 est lancé, avec des réti­cen­ces liées au béné­fice/risque, aux délais de réa­li­sa­tion et de pro­duc­tion.

Afin d’anti­ci­per les inten­tions des Français en matière de vac­ci­na­tion contre le COVID-19, Santé publi­que France, l’INSERM et le CNRS lan­cent une enquête en popu­la­tion géné­rale visant à mieux com­pren­dre l’adop­tion des mesu­res de pro­tec­tion et mesu­rer l’accep­ta­bi­lité à la vac­ci­na­tion contre le COVID-19 dans la popu­la­tion adulte âgée de 18 à 64 ans. Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers vous invite à répon­dre au ques­tion­naire en ligne (il prend envi­ron 15 minu­tes pour véri­ta­ble­ment vous lais­ser vous expri­mer sur les divers scé­na­rios) : http://sur­veyd.bilendi.com/survey/self­serve/53b/g001/bva?COVID=2# ?

En Allemagne, oppo­sés à l’idée d’un vaccin obli­ga­toire, les experts ont défini trois grou­pes prio­ri­tai­res :
- « les indi­vi­dus pré­sen­tant un risque signi­fi­ca­tif de déve­lop­per une forme grave ou mor­telle de la mala­die, que ce soit à cause de leur âge ou de la fra­gi­lité de leur état de santé ».
- les soi­gnants et les employés des mai­sons de retraite, autre­ment dit tous ceux étant amenés à côtoyer des per­son­nes par­ti­cu­liè­re­ment vul­né­ra­bles.
- « les indi­vi­dus qu’il convient de pro­té­ger parce qu’ils occu­pent des fonc­tions par­ti­cu­liè­re­ment impor­tan­tes pour le reste de la col­lec­ti­vité et qu’ils sont dif­fi­ci­le­ment rem­pla­ça­bles ». Sont notam­ment cités « les per­son­nels tra­vaillant dans l’admi­nis­tra­tion de la santé, les mem­bres de la police et des ser­vi­ces de sécu­rité, les pom­piers et les ensei­gnants ».

Sur les 48 can­di­dats-vac­cins actuel­le­ment en essais cli­ni­ques sur l’homme, seuls onze sont entrés dans la phase 3, selon l’Organisation mon­diale de la santé :
- Les deux plus avan­cés sont ceux à ARN mes­sa­ger de Pfizer/BioNtech, et de Moderna.
- Plusieurs can­di­dats misent sur la tech­no­lo­gie du virus inac­tivé : Sinovac et Sinopharm, deux labo­ra­toi­res chi­nois, et la société indienne Bharat bio­tech.
- Les vac­cins à vec­teur viral uti­li­sent, quant à eux, un autre virus peu viru­lent, trans­formé pour y ajou­ter une partie du virus res­pon­sa­ble du Covid-19. C’est le cas des recher­ches menées par le groupe anglo-sué­dois AstraZeneca et l’uni­ver­sité d’Oxford, l’amé­ri­cain Johnson & Johnson, la société chi­noise CanSino Biological, ainsi que Spoutnik V, déve­loppé par le Centre de recher­ches en épidémiologie Gamaleïa, avec le minis­tère russe de la Défense.
- Enfin, la bio­tech amé­ri­caine Novavax mise sur le vaccin à pro­téine recom­bi­nante.

Chiffres clés, inter­views d’experts, ques­tions-répon­ses, outils de pré­ven­tion...tout savoir sur le coro­na­vi­rus (SARS-CoV-2), COVID-19, son évolution en France et dans le Monde : https://www.san­te­pu­bli­que­france.fr/dos­siers/coro­na­vi­rus-covid-19

Partager l'article