Pénurie de soignants à l’hôpital

15 mars 2021

Depuis des années nous aler­tions sur les consé­quen­ces des plans d’économies impo­sés aux hôpi­taux. Avec le Covid19, nous avons vrai­ment cru qu’il y aurait un "monde d’après" dans la santé. Mais le gou­ver­ne­ment a encore fermé 5700 lits en 2020, et les restruc­tu­ra­tions ont conti­nué en 2021.

Dégradation des condi­tions de tra­vail, hausse de la charge en soins, manque de reconnais­sance... Aujourd’hui, c’est faute de per­son­nel que des lits sont fermés sur tout le ter­ri­toire, aussi bien en CHU, hôpi­tal local ou EHPAD. Face à ce cercle infer­nal des départs, il faut :
- un mora­toire sur les fer­me­tu­res comp­ta­bles,
- créer des postes com­pa­ti­bles avec la qua­lité des soins
- reva­lo­ri­ser les salai­res

Entre fake­news sur les salai­res des #in­fir­mie­res­Sous­Payées et mépris des com­pé­ten­ces des cadres et infir­miers spé­cia­li­sés, si vous tra­vaillez dans les hôpi­taux publics, vous trou­ve­rez ci-des­sous le lien vers un simu­la­teur pour voir ce qui va chan­ger sur votre propre salaire.

Enfin, il faudra encore atten­dre début d’année 2022 pour les per­son­nels de la fonc­tion publi­que ter­ri­to­riale, la fonc­tion publi­que d’État et le sec­teur privé (lucra­tif et non-lucra­tif) après négo­cia­tion pour les moda­li­tés de trans­po­si­tions. Et s’occu­per enfin des "Oubliés du Ségur" !

Partager l'article