Un patient sur deux ne respecte pas son traitement !

15 mars 2014

Des personnes âgées qui se trompent de posologie, des patients greffés qui ne prennent pas leurs anti-rejets ou encore des patients diabétiques qui oublient leurs traitements : pour le SNPI, ce "livre blanc" montre à quel point l’éducation thérapeutique et l’accompagnement infirmier sont importants.

Le livre blanc « L’observance des traitements : un défi aux politiques de santé » (Fondation Concorde) dresse un état des lieux des conséquences d’une mauvaise observance et du mésusage des médicaments. Il propose quelques bonnes pratiques et réalisations exemplaires ainsi que six mesures à prendre d’urgence.

En France, la non observance concerne près de la moitié des patients atteints de maladies chroniques
dont le nombre ne cesse d’augmenter, et l’on estime son coût à 2 milliards d’euros par an, tandis que celui des journées d’hospitalisation induites est estimé à 1 000 000 et les décès à 8 000, selon un rapport de l’OMS.

Les facteurs de non-observance sont multiples : difficultés matérielles et pratiques, symptômes d’intolérance, mais aussi oubli, lorsque le patient n’est pas convaincu de l’efficacité de son traitement, éprouve de la lassitude, voire cherche à exprimer son libre arbitre, précise le livre blanc.

Des personnes âgées qui se trompent de posologie, des patients greffés qui ne prennent pas leurs anti-rejets ou encore des patients diabétiques qui oublient leurs traitements : pour le SNPI, ce "livre blanc" montre à quel point l’éducation thérapeutique et l’accompagnement infirmier sont importants.

Donner du sens aux soins

L’infirmière est là pour faire face au fait que l’homme donne un sens à tout ce qui l’affecte, à tout ce qu’il rencontre ; que tout a un sens dans le monde personnel de chacun, même la maladie. Ainsi, pour Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du SNPI, Syndicat National des Professionnels Infirmiers : "de par sa formation et son expérience, l’infirmière est la seule à pouvoir décoder toutes les informations concernant la personne soignée, quelles que soient leur nature et leurs sources. C’est-à-dire leur donner un sens qui pourra déterminer les actions à entreprendre, les comportements à adopter pour inciter le patient chronique à prendre correctement ses traitements".

La Fondation Concorde émet six propositions pour améliorer l’observance, à commencer par l’évaluation de son impact à travers une étude épidémiologique, une étude économique et une dernière sur l’efficacité des programmes existants.

Pour les patients, le renforcement des programmes d’éducation et d’accompagnement pour les maladies chroniques est préconisé. L’importance d’individualiser les dispositifs de gestion du traitement est soulignée. Et l’information du public devrait être renforcée par l’intégration dans les notices des médicaments d’avertissements portant sur les risques de non-observance.

Pour lire le Livre blanc de la Fondation Concorde, sous la direction de Denis Fompeyrine, Docteur en psychologue clinique : http://www.calameo.com/books/003152624000943efba89

Partager l'article