Paracétamol : attention aux accidents avec les enfants

4 juin 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSE PRESCRIRE N° 344 - JUIN 2012

Certains conditionnements de paracétamol exposent davantage les
enfants à un risque d’ingestion accidentelle et à des surdoses
dangereuses.

Le paracétamol est le médicament de premier choix chez les enfants
pour le traitement symptomatique des douleurs ou de la fièvre. Ses
effets indésirables graves à dose thérapeutique sont rares. En cas de
surdose, il devient toxique et provoque des atteintes hépatiques parfois
mortelles.

Certaines formes exposent davantage les enfants à un risque de surdose
par ingestion accidentelle. C’est le cas des formes buvables
pédiatriques de paracétamol sans bouchon-sécurité, et des comprimés
orodispersibles en tube-vrac sans bouchon-sécurité.

Un centre antipoison suisse a réalisé une étude de 203 cas d’ingestion
accidentelle de paracétamol par des enfants, qui a montré que les
enfants ont ingéré deux fois plus de comprimés quand la forme était
orodispersible.

En France, au 1er mars 2012, plusieurs médicaments orodispersibles
dosés à 250 mg ou 500 mg de paracétamol sont commercialisés.
Certains sont acidulés, fruités, sucrés et pétillants, et parfois
ressemblent à des pastilles de menthe. Les conditionnements en
tube-vrac sans bouchon-sécurité (Efferalganodis°) exposent
particulièrement à des surdoses involontaires. Mieux vaut utiliser les
conditionnements en plaquettes (alias blister) tels DolipraneOro°,
Paralyoc° et surtout Paratabs° dont les plaquettes sont fermées par un
film-sécurité.

Pour protéger les enfants des surdoses accidentelles aux conséquences
graves, mieux vaut ne pas laisser de médicaments à leur portée.
Les firmes et les agences ont la responsabilité de veiller à mettre à
disposition des patients des conditionnements conçus pour leur sécurité
et celle de leur entourage.

Partager l'article