CEFIEC et intégration universitaire des études infirmières

CEFIEC et intégration universitaire des études infirmières

29 mars 2017

Voir en particulier la proposition 4 "favoriser l’émergence d’un corps professoral mixant les compétences professionnelles et académiques"

Le Comité d’Entente des Formations Infirmières et Cadres (CEFIEC) présente 11 propositions pour la création d’un domaine de la Santé et des Soins et une filière complète (LMD) en sciences infirmières.

Après le niveau Licence, le niveau Master pour les spécialités, les Cadres de Santé et les pratiques avancées s’avèrent être la suite logique de l’évolution des métiers de la santé. La suite est à venir avec la création d’une discipline de sciences infirmières aboutissant à un Doctorat.

1) Garantir la réponse aux besoins de santé de la population par l’employabilité des futurs professionnels sur l’ensemble des territoires

Le CEFIEC propose d’adapter un maillage territorial à partir d’une étude type « isochrone » (prise en compte du temps de déplacement et non de la distance) garantissant une optimisation économique ainsi qu’une égalité d’accès à la formation pour les étudiants

2) Maintenir la professionnalisation des futurs professionnels de santé

Le CEFIEC propose
- De potentialiser les compétences et le savoir-faire des équipes pédagogiques responsables de la formation infirmière grâce à un management participatif et le développement professionnel continu.
- De maintenir une formation par les pairs dans un véritable contexte d’alternance intégrative, dans lequel l’étudiant est partenaire du dispositif.
- De professionnaliser la fonction des tuteurs de stage, de leur allouer du temps dédié à l’encadrement des étudiants en y associant les ressources nécessaires.

3) Développer la recherche en sciences infirmières par la création d’une discipline au sein de l’université

Le CEFIEC propose de développer la recherche en sciences infirmières et de créer des écoles doctorales en sciences de la santé avec une mention sciences infirmières (sciences cliniques, sciences de management en santé et sciences de l’éducation).

4) Favoriser l’émergence d’un corps professoral mixant les compétences professionnelles et académiques

La formation des professionnelles de santé nécessite la mise en œuvre d’une articulation pédagogique garantissant une alternance intégrative et permettant l’appropriation par les étudiants des savoirs théoriques et cliniques.

Les formateurs permanents des instituts, experts en ingénierie pédagogique, sont les garants de la gestion de l’alternance (stage/institut). Ils accompagnent les étudiants dans un dispositif de formation qui leur permettra de construire leurs savoirs professionnels et d’acquérir les compétences nécessaires à leur exercice futur. Dans la construction des compétences, ils facilitent l’articulation avec la réalité clinique des situations professionnelles rencontrées lors des stages.

Depuis 2009, un nombre considérable de formateurs des instituts ont pu accéder à un diplôme de Master. Actuellement,
- 1/3 des cadres sortent des Instituts de Formation de Cadres de santé avec un Master
- et 2/3 sortent avec une validation de la première année de Master.

Cependant, il existe une disparité d’accès à ce grade dépendante des politiques et des ressources des établissements. L’évolution vers l’universitarisation nécessite la mise en place d’enseignants-chercheurs pour conduire l’enseignement de la recherche et à son encadrement. L’existence de ce corps par filière concourra à valoriser les savoirs académiques spécifiques et singuliers ainsi que l’identité professionnelle de chacune d’elle. Cela signifie que ces enseignants-chercheurs sont des infirmiers avec une formation universitaire, et non des universitaires non infirmiers.

Le CEFIEC propose :

De mettre en place dans un délai de 5 ans un plan de formation continue avec un accompagnement financier pour permettre à tous les cadres de santé formateurs l’obtention d’un Master et d’un Doctorat pour ceux qui le souhaitent.

D’insuffler la création d’un corps professoral représenté par trois acteurs essentiels de cette formation professionnalisante :
- Les enseignants universitaires ou habilités par l’université dont des formateurs permanents des instituts de la filière de formation ayant acquis le statut d’enseignant-chercheur contribuant à développer les savoirs scientifiques et professionnels de la discipline en sciences de la santé (sciences infirmières pour les infirmiers).
- Les praticiens de soins, professionnels de santé sur les terrains de stage possédant une expertise clinique, qui accompagnent les étudiants vers l’acquisition des compétences propres à l’exercice de leur futur métier.
- Les formateurs permanents des instituts formés à la pédagogie, à la démarche de raisonnement professionnel et à la recherche (niveau Master), garants de la professionnalisation par un accompagnement pédagogique individualisé.

5) Poursuivre le développement des compétences numériques

Le CEFIEC propose
- De garantir l’équité d’accès aux savoirs en favorisant le développement des outils numériques pour l’ensemble du territoire à tous les étudiants .
- D’améliorer la connaissance et de renforcer l’utilisation des moyens existants et à venir de simulation (mannequins numériques, jeux sérieux…) dans les formations.
- De garantir une haute expertise des formateurs dans la mise en œuvre des outils numériques et la simulation en santé.

6) Piloter la démarche qualité des formations en santé

Le CEFIEC propose
- D’être maître d’œuvre dans l’élaboration d’un référentiel d’auto évaluation des instituts de formation en santé.
- D’être partie prenante d’une démarche de certification au service de l’amélioration et de la recherche de la qualité des dispositifs de formation.

7) Poursuivre le développement de la démocratie étudiante

Le CEFIEC propose
- De mettre en œuvre le schéma établi par le groupe de travail de la DGOS où chaque membre dont l’étudiant a une voix décisionnelle dans les trois sections proposées dans le schéma.
- De renforcer le concept « étudiant partenaire » dans l’évaluation de la qualité des dispositifs de formation (tant en stage que dans les instituts).

8) Permettre le développement de la démocratie en santé

Le CEFIEC propose
- D’associer les usagers de soins dans les instances de gouvernance des instituts.
- D’impliquer des patients experts pour réaliser des enseignements auprès des étudiantss.

9) Favoriser l’interprofessionnalité entre les différents professionnels de santé et du social

Le CEFIEC propose
- De développer une culture commune dès la formation initiale en mutualisant les compétences communes et partagées (analyse de la qualité, l’organisation du travail, communication…).
- De partager des analyses de pratiques professionnelles des études de situations de soins sur le terrain et en simulation avec les autres filières de formation en santé et du social

10) Promouvoir le développement de la pratique avancée infirmière

Le CEFIEC propose de promouvoir le développement de formations d’infirmiers en pratique avancée, de niveau Master, permettant des réponses efficaces aux problèmes de santé des usagers sur les territoires.

11) Harmoniser la formation infirmière au niveau Européen

Le CEFIEC travaille en collaboration et en partenariat avec FINE Europe (European Federation of Nurse Educators - Fédération Européenne des Enseignants en Soins Infirmiers) en participant aux workgroup qui sont des ateliers de travail et de réflexion sur la formation en soins infirmiers en Europe. Des sujets tels que l’enseignement de l’éthique, l’innovation des formations, les compétences des formateurs, sont traités par les différents formateurs européens. Ces ateliers se déroulent dans différents pays européens.

Le CEFIEC propose d’impulser au niveau de la France , une réflexion visant l’harmonisation des compétences des formateurs au niveau européen.

Le document intégral est en téléchargement sur http://www.cefiec.fr/Document/Article/PropositionsCandidats.pdf

Partager l'article