Formation paramédicale : une première année commune pour dissoudre la filière infirmière ?

2 novembre 2015

Dans le cadre des travaux de la "Grande Conférence de Santé", les débats portent sur un possible « tronc commun » dans le cadre de la formation de l’ensemble des professionnels médicaux et paramédicaux, au nom de l’interdisciplinarité.

Le SNPI CFE-CGC est hostile à l’idée d’une "L1 paramédicale" sur le modèle de la "L1 santé" créée pour les professions médicales par la loi du 7 juillet 2009, car nous souhaitons le respect des trois filières professionnelles : soins infirmiers, médico-technique, rééducation. Nous ne souhaitons pas que certains se retrouvent dans telle filière par dépit, au vu de ses résultats scolaires. Nos professions doivent se faire par choix.

Il n’est pas nécessaire de faire une année commune pour mettre en place quelques cours transversaux, ou donner des notions de base concernant chaque métier afin de mieux prendre en charge le patient et de mieux comprendre le travail de chacun. Pour Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du SNPI, le syndicat infirmier de la CFE-CGC "ces cours en commun seraient surtout utiles en 3ème année, car là les étudiants de chaque filière ont une meilleure connaissance de leur futur métier, et la collaboration interprofessionnelle y aurait tout son sens".

Les formations ont réfléchi à leurs contenus : une nouvelle modification ne ferait qu’ajouter de la confusion dans les différentes filières. Les modalités ne sont pas les mêmes, les socles des métiers ne sont pas les mêmes, les finalités ne sont pas les mêmes ! Il serait sans doute plus intéressant de renforcer dans chaque filière, l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité en troisième année.

Pour Thierry Amouroux, "une première année commune irait à l’encontre de l’approche par compétences des nouveaux référentiels de formation issus de la réforme LMD des professions de santé. En sciences humaines, les étudiants en sociologie, sciences de l’éducation ou psychologie ont des UE transversales (méthodologie, statistique, etc) ce n’est pas pour autant que l’on a créé une première année commune de sciences humaines !"

Par contre, qu’en 3ème année de formation il y ait des troncs communs avec les autres étudiants arrivant eux aussi en fin de formation, serait un plus. Ceci permettrait certains cours et réflexions communes sur des sujets communs (éthique, travail en équipe, réflexions sur le travail pluridisciplinaire…) et améliorerait surement les relations par la suite, pour le plus grand bénéfice des soignés.

Dans les autres pays de l’Union Européenne et dans les pays anglo-saxons, il y a depuis des décennies des filières en sciences infirmières : pourquoi un tel retard en France ? Lors de la réforme de 2009, la France a déjà été le 24ème pays sur 27 à entrer dans le système LMD ! Nous de souhaitons pas la dissolution des IFSI dans des instituts régionaux de formation paramédicale formant les 14 professions de santé réglementées.

Le SNPI réclame la création d’une filière LMD en sciences infirmières :
- avec une véritable Licence infirmière, débouchant en 6 semestres sur un diplôme de Licence, et non une simple reconnaissance de grade comme aujourd’hui.
- un master pour les infirmières spécialisées, les cadres de santé (option gestion ou pédagogie) et les infirmières de pratiques avancées.

Pour ou contre ce tronc commun ? Donnez votre opinion : http://www.syndicat-infirmier.com/Consultation-infirmiere-pour-ou,2295.html

Pour plus de détails :
- Groupe formation de la Grande conférence de la santé GCS http://www.syndicat-infirmier.com/Groupe-formation-de-la-Grande.html
- Métiers – compétences - responsabilités GCS http://www.syndicat-infirmier.com/Metiers-competences.html

Partager l'article