Les professionnels infirmiers s’unissent pour se faire entendre au Ségur de la santé

Les professionnels infirmiers s'unissent pour se faire entendre au Ségur de la santé

3 juin 2020

27 organisations infirmières (dont le SNPI) s’unissent pour se faire entendre avec une délégation constituée et prête pour proposer 4 axes de travail

Les professionnels infirmiers ont répondu avec efficacité aux besoins durant la pandémie Covid-19. Applaudie par le grand public, notre profession s’est donnée sans compter, comme elle le fait en temps ordinaire en accompagnant les patients. Notre expertise, nos domaines de compétences, notre ADN de soignants sont au service de nos concitoyens et nous souhaitons affirmer cet engagement en étant représentés par l’ensemble de nos instances représentatives au Ségur de la Santé.

A la surprise générale, les infirmiers sont absents des concertations qui se tiennent alors même qu’il s’agit de repenser un système de santé dans sa globalité. Cette exclusion des 700 000 professionnels que nous représentons est impensable.

Nous connaissons parfaitement les milieux dans lesquels nous exerçons et leurs problématiques. Comme nous le dénonçons depuis plusieurs années, nous connaissons un manque cruel de moyens, de ressources humaines et notre contribution est loin d’être à la hauteur de notre rétribution. Malgré toutes ces conditions de travail éprouvantes, nous demeurons dans un état d’esprit positif et constructif. Nous sommes prêts à partager notre expertise et formuler des propositions afin d’améliorer et simplifier le système de soins français dont nous sommes un maillon incontournable.

Les infirmiers demandent :

1) L’augmentation de leur niveau d’autonomie et de responsabilité :
- Accès au 1er recours,
- Reconnaissance et valorisation de la consultation infirmière
- Officialisation et valorisation des activités déjà pratiquées par les infirmiers mais non reconnues
- Participation à la gouvernance

2) L’arrêt immédiat d’un système médico-centré pour l’adoption d’un système centré sur le patient
- Association des infirmiers aux prises de décisions concernant le parcours de soins du patient, de son habitation ou du bord de la route, en passant par les structures de soins et jusqu’à son retour au domicile.
- Abrogation des termes d’auxiliaires médicaux et paramédicaux au profit du terme de professionnel de santé

3) La revalorisation des niveaux de rémunération (propositions de modèles économiques disponibles immédiatement)
- Hausse des salaires
- Hausse des honoraires

4) L’amélioration significative des conditions de travail (matériel, ressources humaines) qui préviendrait l’épuisement des professionnels et serait propice à l’encadrement des étudiants infirmiers.
- Ratio patients ou lits / soignant plus humain,
- Redéfinition des zonages qui correspondent aux réels besoins des territoires.

Les infirmiers demandent une intégration immédiate de 7 représentants des organisations infirmières : 2 du Conseil National Professionnel (CNP) Infirmier, 1 du CNP Infirmier Anesthésiste, 1 du CNP Infirmier de Bloc opératoire, 1 du CNP Infirmier en Pratique Avancée, 1 du CNP Infirmier Puériculteur et 1 du collectif inter-bloc, aux concertations du Ségur de la santé.

Le Ministère des Solidarités et de la Santé et plus largement le Gouvernement doivent garantir la participation de toutes les parties prenantes du système de santé. Nous sommes une profession unie, dont chacune des spécialités est une force vive qui œuvre au quotidien, animée par un seul objectif : consolider la qualité et la sécurité des soins de nos concitoyens.

En téléchargement ci-dessous le communiqué avec la liste des 27 organisations signataires

Voir également :
- « Ségur » : les IDE ne veulent pas rester sur la touche https://www.espaceinfirmier.fr/actualites/200602-segur-les-infirmieres-ne-veulent-pas-rester-sur-la-touche.html
- Ségur de la santé : les organisations infirmières n’ont pas dit leur dernier mot

Partager l'article