HEIDI l’information sur les questions de santé

12 février 2012

La Commission européenne prévoit de s’attaquer au problème de la faible éducation à la santé en Europe grâce à un nouvel outil sur Internet intitulé Health in Europe : Information and Data Interface (HEIDI).

Le nouveau site « HEIDI » a pour objectif de servir de guichet unique pour l’information et les données concernant les questions de santé. Il sera mis à jour par des experts, des chercheurs, la société civile et les autorités nationales compétentes dans ce domaine.

En effet, un rapport révéle que la moitié des Européens avaient un niveau de connaissances médicales inadéquat ou problématique, avec d’importantes disparités entre les différents Etats membres. Cette méconnaissance peut par exemple avoir pour conséquence qu’une personne ne prenne pas la dose adéquate d’un médicament, car elle ne comprend pas la notice.

L’étude a été réalisée par un consortium mené par l’université de Maastricht et a eu recours à des données portant sur les connaissances médicales des citoyens de huit pays européens : l’Allemagne, l’Autriche, la Bulgarie, l’Espagne, la Grèce, l’Irlande, les Pays-Bas et la Pologne.

Elle évalue la capacité des personnes à trouver, comprendre, analyser et appliquer les informations fournies pour prendre des décisions leur permettant de rester en bonne santé, d’éviter les maladies et de se soigner en cas de maladie.

Près de la moitié des personnes interrogées (47 %) ont montré des connaissances limitées, mais les disparités sont importantes entre les Etats membres, avec des résultats allant de 1,6 % de personnes faisant preuve de connaissances inadéquates aux Pays-Bas à 26,3 % en Bulgarie.

De bonnes connaissances médicales pour économiser de l’argent

Le manque de connaissances médicales coûte à l’économie américaine entre 81 et 181 milliards d’euros chaque année, dans la mesure où les personnes peu informées risquent plus d’être hospitalisées, de subir des erreurs de traitement et de ne pas se traiter de manière préventive.

En réponse à ce rapport, le consortium European Health Literacy a appelé à des actions concrètes de la part des décideurs européens et nationaux, mais aussi des professionnels de santé, afin d’aider les citoyens à accroître leurs connaissances médicales.

Ils ont plaidé pour une augmentation des financements en faveur de l’information et de l’accroissement des connaissances des patients et pour que ces deux aspects fassent partie des critères de sélection dans les procédures de financements européens.

Bientôt une directive sur le sujet

Ce problème devrait être abordé dans une directive qui aura pour objectif d’améliorer et d’accroître la communication des entreprises au public sur les médicaments.

Une proposition visant à modifier la réglementation relative à l’information des patients sur les médicaments a été incluse dans le « paquet pharmaceutique » présenté par la Commission européenne en décembre 2008.

Les détracteurs de la proposition affirment que permettre aux entreprises de fournir des informations factuelles sur leurs propres produits ouvrira la porte à des pratiques publicitaires sur les médicaments prescrits. Selon ses partisans, une information de qualité devrait être fournie dans toutes les langues de l’UE, afin que les consommateurs ne soient pas victimes d’une mauvaise information en ligne

Partager l'article