Diplôme, LMD et reconnaissance universitaire

LMD : le ministère se moque de nous !

C’est l’impasse dans les négociations sur la reconnaissance universitaire de la formation infirmière : lors de la réunion du 3 mars 2009, le ministère a refusé tout compromis, avec une version 3 du référentiel de formation dégradée par rapport à la version antérieure du 3 février, rejetée par toutes les organisations (à part le CEFIEC). Une version 4 devrait sortir le 18 mars : sera t elle aussi inadaptée ?

9 mars 2009

Le référentiel de formation proposé par la DHOS (direction du ministère de la santé) lors de la réunion du 3 mars 2009 est encore pire que la version précédente du 3 février 2009, tant sur le volume d’heures de formation en IFSI (40 % de travail personnel sur le temps de formation) que sur les stages (de moins en mois de stages, alors que notre profession se nourrit aussi de la pratique de terrain).

Dialogue de sourds sur les stages

Dans la version 2 du 3 février, les 2.100 h de stages étaient réparties en seulement 8 stages de 8 semaines.

Un collectif de 20 organisations nationales réagissent alors en demandant plus de stages, mais moins longs (12 stages de 5 semaines), afin de maintenir une diversité, source de polyvalence et d’adaptation aux différentes situations professionnelles.

Réponse du ministère le 3 mars dans la version 3 : nous réduisons encore le nombre de stage (sept) et quatre d’entre eux dureront dix semaines !

Dans notre milieu, qui peut penser qu’un stage aussi long reste « apprenant » ? Les dernières semaines, l’étudiant devient alors juste une « force de travail supplémentaire », ce qui n’est pas le but d’une formation !

Le dialogue social selon la DHOS : demandez toujours, nous allons faire exactement l’inverse !

Pas de débat sur l’enseignement théorique

Après cette longue discussion sur les stages, le débat sur l’enseignement en IFSI (cours magistraux, travaux dirigés, temps personnel), a été baclé en cinq minutes, juste à la fin de la réunion, de 12h55 à 13h : lorsque nous avons demandé une nouvelle réunion, la réponse de la DHOS a été "envoyez nous vos remarques par mail"  ! Ca c’est du dialogue social !

Aussi bien les Soins éducatifs et préventifs que les Soins palliatifs et de fin de vie sont réduits à leur plus simple expression (ils ne donneraient droit qu’à 2 ECTS sur 180) au mépris des attentes de la population, des besoins de santé, et des priorités gouvernementales.

Les modalités d’évaluation des unités d’enseignement "coeur de métier" laissent rêveurs : épreuve orale, travail de groupe, étude d’un article de recherche, participation active aux TD.

Nous refusons une fausse licence en trompe l’œil. Nous ne voulons pas devenir les infirmières les moins formées d’Europe ! La volonté politique d’attribuer une licence aux infirmières est clairement déformée par la technostructure du ministère.

Annulation de la réunion sur le niveau master

Mail laconique reçu le 4 Mars 2009 à 13h14 : "En raison du retard pris par l’examen du projet de loi HPST à l’Assemblée Nationale et de la mobilisation des agents de la direction, la DHOS se voit contrainte de reporter la réunion du groupe 2 Master fixée initialement le jeudi 5 mars de 10h à 12h." Sans qu’une nouvelle date vous soit communiquée ! C’est dire l’importance accordée à ce dossier par la DHOS !

Pourtant, un véritable Diplôme de Master en sciences infirmières, c’est la possibilité d’avoir une évolution de carrière, alors qu’aujourd’hui une infirmière n’a le choix qu’entre devenir cadre, puéricultrice, IBODE ou IADE. C’est enfin la reconnaissance des consultations infirmières, des infirmières cliniciennes, des infirmières spécialistes cliniques, des infirmières de pratiques avancées, etc.

Mobilisons nous !

Signez et faites signer la pétition à l’appel de 20 organisations nationales : cliquer ici

Analyse du programme de formation : cliquer ici

Partager l'info



 


toute l’Actualité