PAMDEMRIX H1N1 : effets indésirables minorés

5 décembre 2009

La com­mu­ni­ca­tion offi­cielle fran­çaise fai­sant état de peu d’effets indé­si­ra­bles bénins à sérieux pour les vac­ci­na­tions par le PANDEMRIX du labo­ra­toire bri­tan­ni­que GlaxoSmithKline (GSK) est sur­pre­nante. Ces chif­fres homéo­pa­thi­ques ne sem­blent pas reflé­ter la réa­lité du ter­rain.

En effet pra­ti­que­ment tous les col­lè­gues méde­cins ou patients vac­ci­nés décri­vent des effets secondai­res certes en géné­ral bénins mais pas négli­gea­bles. Par rap­port à ceux qui ont béné­fi­cié quel­ques semai­nes aupa­ra­vant du vaccin contre la grippe sai­son­nière, les réac­tions loca­les et géné­ra­les après le PANDEMRIX de GSK sont en géné­ral plus inten­ses et sur­tout beau­coup plus fré­quen­tes.

L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé en charge de la phar­ma­co­vi­gi­lance n’auto­rise la télé­dé­cla­ra­tion par les pro­fes­sion­nels de santé que des seuls effets pou­vant mettre au mini­mum en danger la vie du patient. Pour les réac­tions de sévé­rité moyenne il faut uti­li­ser le papier. Pourtant ses sta­tis­ti­ques écrémées sont pour­tant uti­li­sées par les pou­voirs publics pour attes­ter de la béni­gnité de ce vaccin et convain­cre la popu­la­tion !

Pourquoi la pre­mière vague de vac­ci­nés com­po­sée pour­tant de pro­fes­sion­nels de santé par­fai­te­ment aptes à décrire les symp­tô­mes n’a t-elle pas été inter­ro­gée sys­té­ma­ti­que­ment après la vac­ci­na­tion ?

Actuellement la Grippa ne déferle pas sur l’hexa­gone avec la viru­lence bar­bare des tribus de H1N1 emme­nées par un nouvel Attila. Il n’y a pas le feu viral dans les villes et les cam­pa­gnes. Avec les incer­ti­tu­des sou­le­vées par le grand nombre des réac­tions post-vac­ci­na­les, ne serait-il pas sage de pro­po­ser un mora­toire sur la vac­ci­na­tion par le PANDEMRIX en atten­dant les résul­tats d’une enquête sur la fré­quence des effets secondai­res chez les pro­fes­sion­nels de santé vac­ci­nés ?

Notre Ministre de la santé est en pleine phase de dra­ma­ti­sa­tion pan­dé­mi­que. Les théo­ri­ciens du com­plot expli­quent qu’il lui faut écouler les stocks. Le fait que la France ait acheté quel­ques dizai­nes de mil­lions de doses de PANDEMRIX jus­ti­fie-t-il cette poli­ti­que de l’autru­che sur la phar­ma­co­vi­gi­lance ?

Sur le plan de la santé publi­que, est-il ren­ta­ble de rendre malade, heu­reu­se­ment de manière béni­gne, quel­ques mil­lions de fran­çais afin d’éviter que quel­ques mil­liers déve­lop­pent une forme grave de la grippa et que quel­ques cen­tai­nes en décè­dent ?

Suite de l’arti­cle :
http://www.i-med.fr/spip.php?arti­cle356

Partager l'article