Pénibilité du travail infirmier

Prévenir les troubles musculo-squelettiques TMS

21 octobre 2012

Les personnels soignants continuent d’être durement touchés par les troubles musculo-squelettiques (TMS) en dépit des efforts déployés par les établissements.

Bien que les formations de type « gestes et postures » soient très répandues et largement suivies par les personnels des établissements de santé, les chiffres montrent des résultats très décevants : le secteur de la santé en Île-de-France est aujourd’hui plus touché par les TMS que le secteur du BTP. Pourtant la qualité des formations n’est pas à remettre en cause, pas plus que l’implication des personnels. C’est l’approche même de la prévention qu’il faut changer.

Pour prévenir efficacement les TMS, il faut que les matériels de manutention soient pleinement intégrés aux processus de travail

Les matériels de manutention sont aujourd’hui trop souvent sous-utilisés, ou réservés la prise en charge des cas difficiles. Pour généraliser leur usage, et parvenir à les intégrer totalement aux processus de travail, il est essentiel de mettre en évidence aux yeux des personnels le fait qu’ils permettent avant tout d’améliorer la qualité et la sécurité des soins.

En effet, pour des soignants dûment formés et équipés, il ne s’agit plus de faire un transfert ou de repositionner un patient dans son lit, il s’agit de construire un soin parfaitement sûr et adapté aux capacités du patient. L’impact positif de ces outils sur les TMS n’est qu’une conséquence d’une intégration réussie ; une intégration qui ne peut réussir que par la mobilisation de tous les acteurs concernés, de la direction, DRH et direction des soins jusqu’aux aux personnels de terrain, et par la formation.

La formation, levier indispensable pour faire adopter ces nouveaux outils

Introduire un nouvel outil alors que les habitudes de travail son bien ancrées, cela ne va pas de soi. C’est pourquoi la formation est primordiale dans la réussite de la démarche de prévention des TMS. La formation n’a pas seulement pour but d’apprendre à utiliser l’outil, mais, beaucoup plus largement, d’apprendre à l’intégrer dans les pratiques quotidiennes.

Pour les soignants tout particulièrement, il est important de démontrer que l’emploi de ces outils fait de la manutention des patients un soin à part entière : respectueux, professionnel, permettant de mobiliser et de valoriser les capacités du patient, et offrant au soignant et au soigné les meilleures conditions de sécurité.

La démarche de formation nécessite un espace dédié et spécialement aménagé pour accueillir les stagiaires et mettre en œuvre le matériel. Une telle salle doit accueillir les stagiaires par groupes n’excédant pas 10 participants, pour des sessions de 3 heures au minimum. Les formations seront généralement dispensées par le référent prévention TMS.

Le tapis de rehaussement et le tapis de transfert sur coussin d’air

Ces deux outils qui suppriment le principal facteur de risque pour les personnels soignants : la manutention d’un patient sur le lit.

60% des accidents de travail des soignants se produisent lors de la manutention d’un patient dans le lit (rehaussement ou repositionnement).

Le tapis de rehaussement est donc un outil particulièrement précieux dans une démarche de prévention des TMS. Il permet non seulement de diminuer les contraintes musculo-squelettiques des soignants (suppression du port de charges) mais aussi de mobiliser et donc d’entretenir en toute sécurité les capacités du patient.

Le tapis de transfert sur coussin d’air est un outil plus spécifique destiné à repositionner ou à transférer en douceur et sans effort des patients obèses ou algiques.

Partager l'info



 


toute l’Actualité