Ethique clinique, Relation soignant soigné

DĂ©rive au CHU Saint Louis : quand le sĂ©curitaire bouscule l’Ă©thique

Au nom de la "sĂ©curisation", la direction veut gĂ©nĂ©raliser le bracelet d’indentification aux malades capables de dĂ©cliner leur identitĂ©. Cette attitude a Ă©tĂ© dĂ©noncĂ©e le 7 dĂ©cembre 2007 lors des 4èmes Rencontres de la SantĂ© d’Aix en Provence, dont le thème Ă©tait "Le champ de la santĂ© exige-t-il une nouvelle Ă©thique ?" DĂ©jĂ  en 2000, la Direction GĂ©nĂ©rale de l’AP-HP avait du retirer un tel projet, suite aux rĂ©actions des infirmières qui refusaient de mettre une Ă©tiquette avec numĂ©ro et code barre au poignet des personnes hospitalisĂ©es, et Ă  la condamnation des groupes de rĂ©flexion de l’Espace Ethique AP-HP "Soin citoyen" et "Soignants et Ă©thique au quotidien". Pour agir, nous vous invitons Ă  signer la pĂ©tition en tĂ©lĂ©chargement.

23 février 2008

L’hĂ´pital Saint Louis de l’AP-HP souhaite gĂ©nĂ©raliser l’identification des malades par des bracelets d’identitĂ©. Le motif invoquĂ© est la sĂ©curitĂ©, la durĂ©e moyenne de sĂ©jour diminuant, tandis que le temps de prĂ©sence d’un mĂŞme soignant auprès d’un malade risque de diminuer avec la mutualisation des ressources humaines au niveau des pĂ´les (dĂ©placement d’agents d’autres services pour rĂ©pondre Ă  la pĂ©nurie d’infirmières).

Alors que l’on parle d’humanisation des hĂ´pitaux, du droit des malades, de la dignitĂ© des personnes hospitalisĂ©es, nous sommes particulièrement choquĂ©s par un tel projet. Certes, cela peut ĂŞtre acceptable, au cas par cas, pour des personnes incapables de dĂ©cliner leur identitĂ© (nourrissons, dĂ©ments), sachant qu’il ne peut y avoir de catĂ©gorie particulière (une personne sĂ©nile ou un malade mental qui connait son nom n’a pas Ă  subir ce genre d’humiliation), mais que des dĂ©cisions d’Ă©quipe sur une personne donnĂ©e.

Le cas des malades devant avoir une anesthĂ©sie gĂ©nĂ©rale, ou Ă©tant dans le coma, devrait se rĂ©soudre par une organisation correcte du service, mais cela peut contribuer Ă  rassurer un futur opĂ©rĂ© le temps de l’opĂ©ration, Ă  condition que le bracelet ne lui soit pas imposĂ©.

Par contre, lorsqu’une personne hospitalisĂ©e est capable de dĂ©cliner son identitĂ©, lui demander de "s’Ă©tiqueter" revient Ă  la nier en tant que personne, Ă  lui faire quitter sa qualitĂ© de "sujet, objet de soins", pour en faire un "objet des soins". Agir ainsi pose de rĂ©els problèmes Ă©thiques, et va Ă  l’encontre de la dĂ©marche soignante.

Un bracelet d’identification n’est pas un objet neutre, car il renvoi Ă  l’imaginaire du marquage, variable selon l’histoire personnelle :
- le bracelet du prisonnier ou du dĂ©linquant sexuel, renforcĂ© par le fait que l’hĂ´pital comporte lui aussi des caractĂ©ristiques d’enfermement et de soumission Ă  un personnel en uniforme (ne dit on pas toujours la surveillante en parlant du cadre infirmier ?). Une personne a ainsi demandĂ© Ă  l’infirmière si on l’obligeait Ă  porter ce bracelet parce qu’elle Ă©tait sĂ©ropositive.
- la chosification, renforcĂ©e par le fait que l’Ă©tiquette informatisĂ©e collĂ©e sur le bracelet comporte un numĂ©ro d’identification et un code barre. Lors d’une rĂ©union d’information dans la cafĂ©tĂ©ria de Saint Louis, le cadre supĂ©rieur chargĂ© du projet a mĂŞme indiquĂ© qu’Ă  terme on passerait le lecteur de code barre sur la poche de sang ou de chimiothĂ©rapie, puis sur le bras du malade afin de lire l’Ă©tiquette du bracelet pour vĂ©rifier la compatibilitĂ© ! Peut on imaginer que traiter ainsi une personne hospitalisĂ©e comme un objet de consommation ne modifie pas la relation soignant /soignĂ© ?
- l’animalisation, un malade ayant ainsi indiquĂ© Ă  l’infirmière qu’il n’Ă©tait pas un chien, et qu’il Ă©tait hors de question qu’on lui mette un collier avec son nom. Ce n’est qu’une anecdote, mais pour l’infirmière qui rencontrait ce patient pour la première fois, cela a altĂ©rĂ© durablement le rapport de confiance, car une gĂŞne s’Ă©tait installĂ©e entre eux.
- le marquage des camps de concentration, particulièrement sensible, dans la mesure oĂą l’hĂ´pital Saint Louis se trouve entre Belleville et le Sentier.

Une jeune infirmière ne se posait pas de problème par rapport au bracelet : elle appliquait la consigne de la direction. Jusqu’au jour oĂą le vieil homme hospitalisĂ© Ă  qui elle demandait de mettre ce bracelet, avec son Ă©tiquette Ă  code barre, l’a regardĂ©, Ă  remontĂ© sa manche, et lui a dit « Mademoiselle, je n’ai pas besoin de votre bracelet, j’ai dĂ©jĂ  un numĂ©ro d’identification de tatouĂ© ». Face Ă  cet ancien dĂ©portĂ©, elle a vĂ©cu un grand moment de solitude. Elle n’a jamais pu reprendre en charge ce patient, car quelque chose Ă©tait brisĂ© dans la relation soignant/soignĂ©. Et pour elle, ce bracelet n’est plus une simple procĂ©dure de sĂ©curisation.

A travers ce cas concret d’ethique clinique, chacun peut constater que la technique modifie la relation de soins. MĂŞme en dehors de l’aspect stigmatisant, le bracelet induit un rapport de docilitĂ©, de contrĂ´le, de soumission, qui va Ă  l’encontre des valeurs du soin. En mettant un bracelet, un patient ne peut plus ĂŞtre dans un rapport Ă©galitaire avec le soignant.

Qui plus est, c’est l’infirmière que l’on instrumente pour imposer ce bracelet, alors qu’au contraire l’infirmière est lĂ  pour dĂ©fendre la valeur et la dignitĂ© humaine du malade au sein de l’univers hospitalier, en rappelant qu’il est en lui-mĂŞme une fin, c’est-Ă -dire une personne que l’on doit respecter, et non une simple chose (organe, pathologie), dont on peut disposer. De part sa vision globale et ses capacitĂ©s relationnelles, l’infirmière permet au malade de conserver son humanitĂ©. Il est donc particulièrement cynique de la part de la technostructure d’utiliser les infirmières pour ses basses oeuvres, plutĂ´t que le service des admissions !

Or si l’on gĂ©nĂ©ralise le bracelet aux malades capables de dĂ©cliner leur identitĂ©, c’est bien pour s’y assurer de l’identitĂ© de la personne hospitalisĂ©e : seule l’Ă©tiquette fait foi. Chaque soignant la rencontrant pour la première fois afin d’accomplir un acte, devrait donc vĂ©rifier son identitĂ© sur le bracelet, pour justifier l’utilitĂ© de celui-ci. Un peu comme le policier qui vous demande vos papiers, car il ne peut se contenter de vos paroles.

ContrĂ´ler son identitĂ© pour ne pas lui donner le traitement du voisin. Ce qui sous entend que, jusque lĂ , la sĂ©curitĂ© Ă©tait moins assurĂ©e. Et que l’on ne peut garantir une mĂŞme qualitĂ© de soins Ă  la personne hospitalisĂ©e qui refuserait de porter ce bracelet. VoilĂ  un autre problème Ă©thique, qui montre que le choix de refuserdemeure thĂ©orique, vu la pression psychologique exercĂ©e sur une personne fragilisĂ©e par la maladie.

L’infirmière doit avoir un rĂ´le de rĂ©vĂ©lateur, c’est-Ă -dire d’essayer de mettre en Ă©vidence aux yeux des divers acteurs de l’hĂ´pital, aux yeux des personnes soignĂ©es, aux yeux de la population, toutes les contradictions, les insuffisances, les incohĂ©rences du système, qui nous empĂŞchent de remplir au mieux la fonction qui nous est assignĂ©e.

Si l’on ne redonne pas du sens dans l’univers de routine et technicitĂ© que constitue un CHU, un patient peut devenir un assemblage d’organes variĂ©s, objet d’analyses et de traitements menĂ©s par des Ă©quipes distinctes, extrĂŞmement spĂ©cialisĂ©es et communiquant entre elles par beeper et courriers mĂ©dicaux. Le patient peut avoir l’impression d’ĂŞtre rĂ©duit Ă  un « emballage » que les diffĂ©rents services se renvoient pour complĂ©ter la reprĂ©sentation d’une maladie Ă  identifier et d’une thĂ©rapie Ă  dĂ©finir.

Soigner, c’est libĂ©rer, c’est faire renaĂ®tre, et retrouver l’espĂ©rance. C’est aider celui qui souffre Ă  sortir de son isolement, Ă  bâtir un projet de vie compatible avec son Ă©tat. C’est refuser une relation infantilisante et paternaliste, en aidant l’autre Ă  redevenir adulte. C’est offrir des choix et tenter de les faire accepter.

Le soignant ne bĂ©nĂ©ficie malheureusement pas encore de la formation universitaire qu’il rĂ©clame pourtant depuis des annĂ©es. Il est loin de possĂ©der les connaissances et les capacitĂ©s d’analyse des philosophes. Mais de par sa fonction première (rappeler l’humanitĂ© de la personne, sa prĂ©sence et son ouverture au monde) et son vĂ©cu quotidien en confrontation avec la maladie et la mort (ce qui l’amène chaque jour Ă  affronter des questions existentielles), il incarne une philosophie en action. Le philosophe est un penseur, le soignant est un acteur de la philosophie.

Pour lire le texte rĂ©digĂ© par les groupes de rĂ©flexion de l’Espace Ethique AP-HP "Soin citoyen" et "Soignants et Ă©thique au quotidien", lorsqu’ils se sont opposĂ©s Ă  un projet d’identification des malades par des bracelets d’identitĂ© en 2000 : cliquer ici

Pour agir, nous vous invitons à signer la pétition en téléchargement.

Document(s) joint(s) Ă  l'article

PĂ©tition (27 ko)

Partager l'info



 


toute l’ActualitĂ©

Tous les dossiers

 
 
http://adh-asso.org/?o=372245
letrozole 2.5mg tablet
cost of zocor
brands of omeprazole
gleevec tab
http://adh-asso.org/?o=369989
ranitidine 75mg
armodafinil online
generic zocor australia in united states
online pharmacy mexico sustanon
zocor 325 mg tablets in united states
fluconazole 100mg
bupropion prices in india
naltrexone 3 mg
http://adh-asso.org/?o=706261
naltrexone online pharmacy
rasagiline
generic anabrez
malegra fxt 140 mg in uk
http://adh-asso.org/?o=300545
naltrexone no prescription needed
purchase azithromycin
simvastatin tablet
discount prilosec
bupropion prices online s
fluticasone propionate nasel spray
cutivate cream price philippines
generic imatib
more info about order norvasc online canadian
zocor 20mg
sustanon 250 manufacturer
nexium 40 mg equivalent
information memantine 5 mg
buy revlimid lenalidomide in usa
super p force for sale
aventis pharma mexico
http://adh-asso.org/?o=886170
http://adh-asso.org/?o=233846
lenalidomide cost
info about buy caverta 50
online pharmacy amlodipine
buy fertyl online
atorvastatin 40 mg
get voltaren cheap
flutivate for sale
nexium otc
buy cheap caverta
tadaga 40mg
http://adh-asso.org/?o=783985
buy rifagut canada