Vu sur le net

Des étudiants infirmiers formés sur DVD

Article paru le 10.10.12 sur le Figaro formation

14 octobre 2012

Cette rentrée universitaire a réservé une surprise aux étudiants infirmiers d’Aix-en-Provence. Une surprise dont ils se seraient bien passés. Pour les matières ne portant pas spécifiquement sur le métier d’infirmier, les cours ne sont plus assurés par un professeur…. mais par un DVD ! « Pour une profession qui prône l’humain et le contact, là, on en est carrément loin », s’indigne une étudiante. L’académie d’Aix-Marseille n’est pourtant pas la seule à agir de la sorte. Selon la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (FNESI), 80 % des écoles d’infirmiers sont concernées.

À l’origine de ce problème, le décret de 2009 concernant la formation des 90.000 étudiants infirmiers français. Pour leur garantir une meilleure reconnaissance, le ministère entame « l’universitarisation » de leurs trois années d’études. Depuis cette date, le diplôme d’infirmier donne droit à un grade de licence. En contrepartie, sur leurs 2100 heures de formations théoriques, 500 au minimum doivent être assurées par des universitaires. Notamment en biologie, sociologie ou psychothérapie.

Un problème pratique surgit immédiatement. « Nous n’avions pas assez d’enseignants médecins pour tous les Ifsi », avoue Jean-Marc Thourancheau, directeur général adjoint de l’Agence régionale de santé (ARS) en Franche-Comté. Il existe 336 Instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) en France. Jusque là, la plupart des enseignants étaient des professionnels qui ne répondent pas aux nouveaux critères.

Des moyens qui se font attendre En 2010, les représentants des étudiants avaient été reçus par Roselyne Bachelot, ministre de la Santé. Elle avait promis des moyens supplémentaires pour les Ifsi, lesquels se font toujours attendre. Les instituts bricolent donc des solutions. Certains installent un système de visioconférence qui permet une certaine interactivité. Mais beaucoup d’écoles ne disposent pas des équipements nécessaires. Et diffusent en lieu et place des DVD, simples enregistrements vidéo d’un cours magistral…

« Il n’y a aucune interactivité, si on est perdu, impossible d’interrompre le prof pour demander une précision » déplore une étudiante de l’Ifsi d’Aix. Beaucoup soulignent la mauvaise qualité des vidéos. « Les premiers cours étaient vraiment mal filmés, sans supports écrits, et aucune possibilité de revoir la vidéo » témoigne un élève rochelais. La FNESI admet que le manque de profs sera difficile à résoudre. Les étudiants ne réclament d’ailleurs pas autre chose que la possibilité de suivre de vraies visioconférences.

Du côté des responsables des Ifsi, on ne nie pas le problème non plus. À Poitiers, des étudiants ont entendu leurs professeurs expliquer : « Vous êtes une année test, dans 4 ou 5 ans, le programme sera stabilisé et les lacunes du système DVD seront résolues ». Les académies mettent progressivement en place des plateformes pour permettre aux étudiants de revoir les vidéos. Certains instituts organisent des cours pour expliquer les vidéos, avec leurs anciens intervenants. Des forums d’entraides se développent. Mais sans moyens supplémentaires, difficile de faire mieux. En attendant, les élèves infirmiers n’ont pas d’autre choix que d’essuyer les plâtres…

Source : http://www.lefigaro.fr/formation/20...

Partager l'info



 


toute l’Actualité