Salaires en secteur privé ESPIC, FEHAP, CLCC, CC 66 ou FHP

FEHAP : paupérisation des salariés (étude CFE-CGC)

10 octobre 2014

Chiffres à l’appui, la CFE-CGC déplore la paupérisation des salariés de la CCN 51. Alors que ces quinze dernières années la rémunération mensuelle de base de l’ensemble des salariés français a progressé de plus de 40%, celle du secteur privé non lucratif est à la traîne avec moins de 9% de revalorisation.

En commission paritaire le 8 juillet dernier, la CFE-CGC a présenté les chiffres de l’évolution salariale dans les établissements sociaux et médico-sociaux non lucratifs appliquant la CCN 51 (soit les établissements de la Fehap). Le document affiche pour ce secteur des indicateurs plutôt défavorables par rapport aux salariés des autres secteurs.

Le syndicat insiste notamment sur le fait qu’en quinze ans le salaire mensuel de base (SMB)* des professionnels de la CCN 51 n’a évolué que de 9% environ. Alors que dans le même temps le SMB moyen de l’ensemble des salariés français connaissait une progression de plus de 40%. Pour Claude Dumur, vice-président de la fédération santé et action sociale CFE-CGC, "la mise en place des 35 heures a entraîné un certain gel des salaires. Le temps où la CCN 51 passait pour une convention avantageuse est révolu".

19% de perte de pouvoir d’achat

La CFE-CGC évalue la perte de pouvoir d’achat des salariés de la CCN 51 à près de 19%. En s’appuyant sur les données de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), le syndicat constate en effet que la hausse des prix à la consommation sur la période - soit les quinze dernières années - a été de plus de 27%. Chiffre qu’il rapproche des 9% d’évolution du SMB pour évaluer la perte du pouvoir d’achat des professionnels de la CCN 51. Cela fait aussi dire à Claude Dumur que "la paupérisation des salariés est en marche".

41 emplois classés en dessous du Smic

Au 1er janvier, la valeur du Smic est donc de 1 445,38 € (équivalent à un salaire mensuel brut à 35 heures). Ce salaire correspond au coefficient conventionnel 329 de la CCN 51 (ou plus précisément 328,27). Claude Dumur parle de paupérisation car il relève qu’il existe à la Fehap 42 emplois dont 11 nouveaux métiers classés en dessous du coefficient 329.

C’est le cas des agents de service hospitaliers (ASH) ou encore de la filière logistique (ouvrier technique, personnel de cuisine...). Pour ces emplois, la Fehap a prévu de les rémunérer un petit peu au dessus du Smic - 4,50€ supplémentaires selon Claude Dumur - mais ils restent néanmoins classés en dessous du Smic, si on s’en tient aux indices et aux grilles.

Augmentation de la valeur du point en suspens

C’est pourquoi la CFE-CGC avait demandé en commission paritaire le 8 juillet une augmentation de la valeur du point de 0,7% pour 2014. Au 31 décembre 2013, le point Fehap était à 4,403, rappelle Claude Dumur.

La problématique de l’évolution salariale devrait être de nouveau au programme du prochain conseil d’administration d’octobre. "La Fehap nous a promis de réexaminer cette question après quatre ans de gel", indique Claude Dumur.

*Le SMB est défini comme le salaire hors primes (sauf primes liées à la réduction du temps de travail), hors gratifications, hors avantages en nature et hors heures supplémentaires. Il s’agit du salaire brut avant toute déduction de cotisations obligatoires et avant versement des prestations sociales.

Partager l'info



 


toute l’Actualité