Santé publique

Grippe saisonnière : vaccination, épidémiologie

30 août 2009

La grippe se manifeste le plus souvent, sous forme d’épidémies saisonnières. En France métropolitaine, sur la base des données historiques des épidémies grippales depuis 1984, le réseau Sentinelles estime, qu’entre 700 000 et 4,6 millions de personnes consultent pour syndrome grippal lors d’une épidémie de grippe. En moyenne, 2,5 millions de personnes seraient concernées chaque année. Entre 25 % et 50 % des consultations concernent des jeunes de moins de 15 ans.

L’épidémie survient entre les mois de novembre et d’avril et débute le plus fréquemment fin décembre - début janvier. Elle dure en moyenne 9 semaines. La grippe peut entraîner des complications sévères chez les sujets à risque (personnes âgées ou sujets fragilisés par une pathologie chronique sous-jacente).

La mortalité imputable à la grippe saisonnière concerne essentiellement les sujets âgés (plus de 90 % des décès liés à la grippe surviennent chez des personnes de 65 ans et plus).

Mode de transmission

Les virus de la grippe se transmettent de personne à personne par les sécrétions respiratoires à l’occasion d’éternuements ou de toux. Plus rarement, ils peuvent également se transmettre par contact direct. Les lieux confinés et très fréquentés (métro, bus, collectivités scolaires…) sont propices à la transmission de ces virus. La période d’incubation de la maladie varie de 1 à 3 jours.

Symptômes et formes cliniques

Le plus souvent, les symptômes de la grippe apparaissent soudainement. Fièvre, fatigue, courbatures, maux de tête… sont les premiers signes de la maladie. Ces symptômes disparaissent en une à deux semaines. Il s’agit d’une grippe simple. De nombreux autres virus que ceux de la grippe occasionnent un tableau clinique similaire.

Dans le cas d’une grippe « compliquée » les complications sont dues aux virus eux-mêmes ou aux surinfections bactériennes (pneumonie) qu’ils peuvent engendrer. En période d’épidémie, les grippes compliquées touchent principalement les personnes âgées et les personnes fragilisées (maladie chronique, cardiaque, pulmonaire, métabolique, immunologique…).

Traitement

Le traitement est avant tout dirigé contre les symptômes : médicaments contre la fièvre, les douleurs… Il existe également un traitement spécifique qui fait appel aux antiviraux mais dont l’utilisation reste limitée. Pris précocement, il diminue alors la durée et l’intensité des symptômes. Le traitement par antiviraux ne remplace pas la vaccination contre la grippe.

Prévention : mesures d’hygiène

Certaines mesures d’hygiène simples peuvent contribuer à limiter la transmission de personne à personne : Concernant le malade, dès le début des symptômes, il est recommandé au malade de :
- limiter les contacts avec d’autres personnes et en particulier les personnes à risque ;
- se couvrir la bouche à chaque fois qu’il tousse ;
- se couvrir le nez à chaque fois qu’il éternue ;
- se moucher dans des mouchoirs en papier à usage unique jetés dans une poubelle recouverte d’un couvercle ;
- ne cracher que dans un mouchoir en papier à usage unique jeté dans une poubelle recouverte d’un couvercle. Tous ces gestes doivent être suivis d’un lavage des mains.

Concernant l’entourage du malade, il est recommandé de :
- éviter les contacts rapprochés avec les personnes malades en particulier pour les personnes à risque ;
- se laver les mains à l’eau et au savon après contact avec le malade ou le matériel utilisé par le malade ;
- nettoyer les objets couramment utilisés par le sujet.

la vaccination antigrippale

La vaccination constitue le meilleur moyen de protection contre la grippe saisonnière. Elle doit être faite au moins deux semaines avant le début de la saison grippale (à l’approche de l’hiver). La vaccination doit être renouvelée tous les ans chez les personnes à risque.

La vaccination est possible pour tous les individus à partir de l’âge de six mois ; elle est recommandée pour les personnes à risque de complications :
- les personnes âgées de 65 ans et plus ;
- les personnes (adultes et enfants) atteintes de certaines maladies chroniques ;
- les personnes séjournant dans un établissement de santé de moyen et long séjour quel que soit leur âge (limitation de la diffusion du virus dans une collectivité) ;
- aux enfants et adolescents (de 6 mois à 18 ans) dont l’état de santé nécessite un traitement prolongé par l’acide acétylsalicylique (essentiellement pour syndrome de Kawasaki compliqué et arthrite chronique juvénile).

La vaccination antigrippale est également recommandée aux personnes en contact avec les personnes à risque de complication et susceptibles de disséminer le virus :
- pour l’entourage (personnes résidants sous le même toit, la nourrice et tous les contacts réguliers du nourrisson) familial des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave.
- les professionnels de santé ou tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des sujets à risque ;
- le personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et le personnel de l’industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs.

La vaccination antigrippale est également intéressante pour toutes les personnes désirant éviter la gêne personnelle ou professionnelle occasionnée par la grippe. Les vaccins utilisés en France sont des vaccins inactivés.

En raison des modifications constantes des virus grippaux, le vaccin contre la grippe peut différer dans sa composition d’une année à l’autre. Chaque année, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) émet une recommandation sur les souches qui doivent être incluses dans le vaccin. Ce dernier est élaboré avec les souches qui ont circulé majoritairement durant l’hiver précédent et qui sont le plus susceptibles d’être présentes lors de l’hiver suivant.

Partager l'info



 


toute l’Actualité