HAS : Renforcer la prévention de la carie implique de réduire les inégalités en santé

16 janvier 2011

Communiqué HAS du 13.10.10

A la demande du Ministère de la Santé et des Sports, la Haute Autorité de Santé (HAS) a évalué les différentes stratégies de prévention de la carie et publie des recommandations en santé publique sur ce thème. En effet, malgré le programme de prévention actuel, la carie dentaire reste un problème de santé publique important en France. La mesure des indices carieux révèle une inégalité sociale de santé à tous les âges. Certaines périodes critiques de la vie sont également marquées par une augmentation du nombre de caries : petite enfance et enfance, au moment de quitter le foyer familial, ou plus tard, quand il y a perte de l’autonomie liée à l’âge ou au handicap.

La carie dentaire : le problème de tous mais surtout des enfants

La carie dentaire affecte plus d’un tiers des enfants de 6 ans et plus de la moitié des enfants de 12 ans 1. Or, les déterminants de la carie sont essentiellement liés aux comportements alimentaires et aux habitudes d’hygiène bucco-dentaire. C’est pourquoi les moyens de prévention visent autant à réduire la consommation de sucres cariogènes qu’à permettre un apport régulier en fluor au contact des dents 2. Cela passe par des messages simples, connus mais encore insuffisamment suivis : ne pas manger entre les repas, ne pas manger trop sucré et se brosser les dents au moins deux fois par jour avec un dentifrice au fluor.

Au-delà de ces conseils au quotidien, la participation de tous les enfants et adolescents aux examens de prévention du programme de prévention de l’Assurance maladie (M’T dents) est fortement recommandée. En complément, un dépistage ciblé est recommandé pour aller à la rencontre des enfants et des adolescents qui n’auraient pas participé au programme « M’T dents » pour des raisons socio-économiques, de représentation de la santé bucco-dentaire ou d’accès aux professionnels.

Enfin, chez les enfants à risque carieux élevé, la HAS recommande que les professionnels dentaires réalisent les actes de prophylaxie qui ont prouvé leur efficacité : scellement des sillons, application de vernis fluoré ou de gel fluoré.

Pour l’ensemble de la population, la HAS préconise l’utilisation du sel iodé et fluoré en cuisine plutôt que du sel non fluoré, en respect des recommandations sur la consommation de sel du Programme National Nutrition Santé (PNNS). Ainsi, les restaurations collectives (cantines scolaires et restaurations collectives pour adultes) sont incitées à utiliser le sel fluoré (dans le respect de la réglementation) et à en informer les usagers.

Renforcer l’éducation pour la santé bucco-dentaire pour lutter contre les inégalités sociales de santé

La HAS recommande de renforcer l’éducation pour la santé bucco-dentaire auprès des populations adultes en situation socio-économique défavorisée. Pour ces personnes, elle recommande d’intégrer la prévention de la carie dans la démarche de prévention globale en s’appuyant sur les acteurs du travail social (assistantes sociales et/ou éducateurs spécialisés).

Elle recommande également de renforcer l’éducation pour la santé bucco-dentaire auprès des personnes âgées dépendantes et auprès des personnes handicapées ayant des difficultés à se brosser les dents. Les personnels soignants et aidants dans les établissements d’hébergement et d’accueil ainsi que l’entourage familial sont les relais de cette éducation pour la santé et les acteurs du maintien de la bonne hygiène bucco-dentaire de ces personnes.

- 1 : épidémiologie détaillée dans le rapport d’évaluation de la HAS
- 2 : une mise au point de l’Afssaps est parue en octobre 2008 sur l’utilisation du fluor en prévention de la carie dentaire avant l’âge de 18 ans.

Source : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_986588/renforcer-la-prevention-de-la-carie-implique-de-reduire-les-inegalites-en-sante

Partager l'article