Exercice professionnel

HAS : fiche administration de médicaments à l’hôpital

16 août 2009

Fiche thématique de la Haute Autorité de Santé : Organisation du circuit du médicament en établissement de santé (HAS, DACEPP, Service de l’accréditation, 2005)

Les prérequis
- Les infirmières participent, autant que possible, aux réunions de service au cours desquelles sont discutés les projets thérapeutiques des patients ;
- les infirmières disposent d’une liste validée des médicaments pouvant faire l’objet de modalités d’administration particulière (usage pédiatrique, sonde entérale, etc.) ;
- les infirmières n’assurent pas l’administration de médicaments prescrits verbalement, sauf en cas d’urgence vitale.

La mise en oeuvre

Préalablement à l’administration, il est nécessaire de :
- prendre connaissance de la prescription sans la retranscrire ; en cas de doute ou de prescription incomplète, il convient d’en référer au médecin ;
- vérifier la concordance entre la prescription et le médicament préparé ;
- vérifier la date de péremption des médicaments et leur aspect ;
- effectuer les reconstitutions des médicaments extemporanément dans des conditions d’hygiène et selon le Résumé des caractéristiques du produit (RCP) ;
- vérifier l’absence de contre-indications de certaines pratiques telles que le broyage de comprimés, l’ouverture de gélules, la mise en solution ou en suspension dans un liquide.

Il est recommandé de respecter la prescription lorsqu’elle précise que le médicament ne doit être administré qu’en présence du médecin ou sous surveillance cardiaque (par exemple, chlorure de potassium en intraveineuse, perfusé à plus de 13 mmol/heure).

Il n’est pas recommandé de déconditionner les formes orales sèches avant la présentation au patient, c’est-à-dire ne pas retirer le médicament du blister ou découper le blister en cas de présentation non unitaire. Ces tâches peuvent faire l’objet de procédures pluriprofessionnelles validées par la commission ad hoc.

Au moment de l’administration, il est nécessaire de :
- vérifier l’identité du patient ;
- le questionner sur une éventuelle allergie au médicament ;
- apprécier le niveau d’autonomie du patient pour gérer l’administration de son traitement : si le patient est autonome pour une autoadministration, s’assurer de la compréhension des modalités d’administration du traitement ; si le patient est dépendant, l’assister dans la prise de ses médicaments ;
- respecter les vitesses d’injection intraveineuse ;
- respecter les règles d’hygiène et de sécurité pour le patient et pour soi-même.

Ces tâches peuvent faire l’objet de procédures internes.

L’enregistrement des conditions d’exécution

Il convient d’enregistrer en temps réel toute administration de médicaments en utilisant les logiciels informatiques ou à défaut, le support de prescription évoqué dans le paragraphe I.4.1. Les retranscriptions sont à proscrire, ainsi que la présence dans la chambre des patients, de documents décrivant les conditions d’exécution de l’administration de médicaments.

L’enregistrement concerne tous les médicaments administrés y compris ceux ayant fait l’objet d’une prescription conditionnelle, dans le cadre de l’urgence ou de protocole thérapeutique préétabli.

Les items enregistrés sont :
- la dénomination commune du médicament,
- la dose, les modalités de reconstitution et de dilution,
- la date et l’heure d’administration,
- les sites d’injection,
- le numéro de lot pour certains médicaments ;
- la mention de tout incident lors de l’administration de tous les médicaments non administrés ; dans ce cas, l’enregistrement comporte la cause de la non administration.

L’enregistrement des données respecte les spécifications relatives à l’administration de médicaments soumis à une réglementation particulière (médicaments dérivés du sang, stupéfiants, etc.).

Document(s) joint(s) à l'article

HAS (2 Mo)

Partager l'info



 


toute l’Actualité