EHPAD et Gouvernance Hospitalière

Korian : protocole de prise en charge non médicamenteuse

Korian cite comme personnes expertes le psychothérapeute (pour le volet cognitif) ou l’ergothérapeute (volet fonctionnel). Mais pas l’infirmière ! Comme quoi on peut être moderne et rétrograde en même temps. Une bonne initiative gâchée par le rôle restreint laissé à l’infirmière.

9 juillet 2016
Korian prise en charge non médicamenteuse

Le 5 juillet 2016, le groupe Korian a annoncé avoir retenu huit items pour travailler simultanément les thérapies cognitives, fonctionnelles et comportementales.

Le groupe a lancé en 2015 une première expérimentation dans sept établissements pilotes. En 2016, une seconde vague d’expérimentations a été lancée avec la mise en place de référents dans onze régions.

Au regard des résultats récoltés, un cahier des charges applicable dans toutes les structures va permettre de normaliser les dispositifs pour sortir les thérapies non médicamenteuses de leur stade empirique.

Pour appliquer l’ensemble des axes retenus, les établissements tests ont signalé qu’ils avaient besoin d’au moins dix mois, avec deux formations proposées (méthode Montessori et formation au ludospace développé par Korian).

Korian utilise des outils de trois groupes :
- thérapies cognitives : grille des capacités préservées Korian ; 30 ateliers de réappropriation ; 54 ateliers de stimulation cognitive (sous format digital et papier) ;
- thérapies comportementales : espace ludospace ; chariot activités flash ;
- thérapies fonctionnelles : ateliers formalisés communs fonctionnels.

Le futur cahier des charges devrait fixer un cadre applicable dans les Ehpad traditionnels et les pôles d’activités et de soins adaptés (Pasa).

Même non médicamenteuses, les thérapies devront être prescrites par le médecin coordonnateur de l’Ehpad. Korian cite comme personnes expertes le psychothérapeute (pour le volet cognitif) ou l’ergothérapeute (volet fonctionnel). Mais pas l’infirmière ! Comme quoi on peut être moderne et rétrograde en même temps. Visiblement ils considèrent toujours les infirmières comme de simples auxiliaires médicales, et non des professionnelles de santé à part entière.

Source : http://www.korian.com/journalistes/...

Partager l'info



 


toute l’Actualité