LMD : des commerciaux aux chevets de la DHOS

1er février 2009

"MEDIFORMATION" et "CESIFORM" sont dans un bateau, la DHOS tombe à l’eau, qui reste t-il ? Réponse à cette vieille blague sur Internet :

Il y a quelque chose de pathétique à lire la prose du tandem de commerciaux qui, dans un article du 17 janvier sur le site infirmier.com, tentent de sauver ce pauvre bureau P de la DHOS (Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins, au Ministère de la Santé) englué dans un "référentiel de formation" rejeté par tous !

Dans la "newsletter du 17 janvier 2009", sous le titre "Comprendre la réforme de la formation infirmière", nous pouvons ainsi lire :

"Pendant un instant j’ai cru que notre profession allait souffrir d’une réforme bâclée et mal menée. Je l’ai lu en tout cas. Dans notre société, l’information circule vite et plutôt bien.

C’est aussi le cas de la désinformation. Cadre formateur, j’ai toujours conseillé aux étudiants infirmiers, de chercher l’information, de comparer, de confronter des points de vue différents, d’être acteur de son information. Je me suis appliqué ce principe. Je partage avec vous aujourd’hui, le fruit de mes rencontres « éclairantes ».

Merci aux soignants impliqués dans ce travail colossal, pour leur travail. On les excusera bien volontiers de produire et travailler, et de ne pas avoir le temps de communiquer davantage sur leurs travaux.
Voici un premier échange sur cette réforme."

CLÉMENT Jérôme
Coordinateur pédagogique Mediformation

"Depuis 2006, la réforme du référentiel infirmier et du référentiel de formation est conduite par le bureau P1 de la DHOS (direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins) du Ministère de la santé. Un groupe de travail, dit de production, est chargé de produire le contenu de la réforme. Un groupe, dit de validation, apporte un regard critique sur la production du premier groupe. Initialement, les travaux devaient s’achever en décembre 2008. Ils sont prolongés de quelques semaines afin de donner un résultat plus abouti et complet.

Mme Thérèse PSIUK participe aux travaux de réingénierie des diplômes, au titre des personnes qualifiées, dans le groupe de production.

Thérèse PSIUK, est la Directrice Pédagogique de CESIFORM, une société de formation, comme Mediformation.

Suite de l’article d’Infirmier.com : http://www.infirmiers.com/doss/comprendre-reforme-infirmiere.php

Au niveau du SNPI, nous avons adoré le passage sur la "désinformation", et la formule "politiquement correcte" Initialement, les travaux devaient s’achever en décembre 2008. Ils sont prolongés de quelques semaines afin de donner un résultat plus abouti et complet !

En réalité :
- le 11 décembre 2008, le référentiel de formation IDE rédigé par la DHOS et proposé lors de la réunion de validation du "groupe réingénierie" n’a pas été validé : c’est un rejet massif, car sur 22 organisations, une seule souhaitait valider le document en l’état !
Même la représentante de l’institution AP-HP a refusé de valider un document incomplet, qui n’abordait même pas les conditions de l’évaluation de la formation.
- le 6 janvier 2009, lors de la réunion de concertation interministérielle sur "l’universitarisation de la formation initiale", la DGES (Direction Générale de l’Enseignement Supérieur) a donné le coup de grâce à ce référentiel de formation "inadapté au regard du référentiel de compétences" , avec un "trop faible pourcentage de formation consacré aux cours magistraux et aux sciences fondamentales", des "enseignements dirigés dont on ignore la nature par rapport à l’enseignement magistral", et "un déficit important au niveau des bases scientifiques, surtout en biologie et pharmacologie".
- le 3 février 2009, un autre référentiel de formation devrait être proposé lors d’une nouvelle réunion de concertation interministérielle sur "l’universitarisation de la formation initiale".

Allez, juste pour le plaisir redonnons un extrait du dialogue de ce tandem de choc :
- CLÉMENT : "On entend que ce projet est rejeté en bloc. Qu’en pensez-vous ?"
- PSIUK : "Je m’interroge sur la représentativité des personnes qui colportent ce type de remarque. Je suis très souvent sur le terrain et je n’ai pas le sentiment que les soignants de terrain ont cette attitude de rejet."
- CLÉMENT : " Encore un bruit, faites-vous partie de ce petit groupe de copines qui fait la réforme dans son coin ?"
- PSIUK : "Pour tout vous dire, je ne connaissais personne à la DHOS avant d’être appelée à participer au groupe de production."
- Pourtant, Thérèse PSIUK précise juste au dessus "Depuis le mois de juillet, la DHOS a mis en place un groupe de rédaction, chargé de rédiger le référentiel de formation à partir des travaux de groupes. C’est un groupe de huit personnes, dont je fais partie."

Partager l'article