LMD : les étudiants infirmiers haussent le ton

4 juin 2008

Communiqué de presse de la FNESI, Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (juin 2008)

Lassée du double discours du Ministère de la Santé, à propos de la réforme des études infirmières, la
Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (FNESI) décide de durcir le ton et boycottera les prochains
travaux en lien avec la réforme des études, dans l’attente de garanties concrètes.

Le 30 mai 2008, Mme Roselyne Bachelot s’est rendue dans le Bas-Rhin (67), en Alsace, où près de 300
étudiants s’étaient mobilisés pour exprimer leur profonde inquiétude face à la stagnation de la réforme des études
en soins infirmiers.

A cette occasion, la FNESI a pu se rendre compte de l’absence d’avancées concrètes et positives de la
réforme des études infirmières. Pourtant, cette réforme a été annoncée et promise, à plusieurs reprises, par le
Président de la République et par la Ministre de la Santé.

Au sortir de sa visite au centre Hospitalier d’Haguenau, Mme Bachelot s’est montrée confiante et rassurait
les étudiants, en rappelant la nécessité que la formation en soins infirmiers soit « intégrée au Processus de
Bologne et au système LMD », en réaffirmant sa « volonté de transformer [ces] études, en partenariat avec le
Ministère de l’Enseignement Supérieur » et se montrant également déterminée à mener jusqu’au bout la réforme
de la Licence (avec l’objectif de garder tous les acquis de la formation professionnelle, complétés par le bénéfice
de l’aspect universitaire).

Cependant, aucune date n’a été confirmée pour la mise en oeuvre de cette Licence infirmière alors même
que Mme Bachelot avait annoncé, le 19 février de cette année, sa mise en place pour la rentrée de septembre
2009.

Dans le même temps, une délégation d’étudiants infirmiers et d’élus de la FNESI a été reçue, à Haguenau, par M. Yann Bubien, conseiller de Mme Bachelot. La plupart des réponses apportées étaient loin d’être à la hauteur de leurs attentes.
Même si les étudiants présents ont été satisfaits d’apprendre que la mise en place de la Licence infirmière devait s’accompagner de l’ouverture d’un Master et d’un Doctorat, la FNESI est surprise d’apprendre que ces évolutions ne se feraient plus dans le cadre des ECTS.

Choquée de ce discours incohérent et sans concordance avec les propositions des étudiants infirmiers, la
FNESI fait le constat de l’absence de soutien et d’intérêt du Ministère, pour les étudiants en soins infirmiers. C’est
pourquoi leurs représentants ont décidé de boycotter, à partir de ce jour, les prochains travaux en lien
avec la réforme de leurs études, dans l’attente de garanties.

Partager l'article