Le ministère consulte les Ordres Départementaux !

19 août 2008

Courriers, mails, appels : Fabrice BRIVADY, le tenace Président du Conseil Départemental de l’Ordre de Charente Maritime, a pu obtenir une rencontre entre le Cabinet ministériel et les Présidents des Conseils Départementaux.

Depuis que le Ministère a fait savoir son inten­tion de rem­pla­cer notre décret d’actes infir­miers par une "logi­que de mis­sions", les Conseils Départementaux de l’Ordre Infirmier se sont mani­fes­tés : motions, cour­riers à la minis­tre, péti­tions, cour­riers aux Parlementaires de leur dépar­te­ment, etc.

Par sa déter­mi­na­tion à être entendu, le Président du CDOI 17 a réussi à décro­cher un rendez-vous au Ministère. En effet, le 8 août 2008, le Chef de Cabinet de Roselyne Bachelot-Narquin a écrit à Fabrice Brivady :

Monsieur le Président,

Vous avez sol­li­cité une audience auprès de madame Roselyne Bachelot-Narquin afin d’évoquer le projet de décret rela­tif aux actes infir­miers.

Madame la Ministre a pris connais­sance de votre cor­res­pon­dance avec la plus grande atten­tion. Toutefois, les contrain­tes de son emploi du temps ne lui per­met­tent pas de vous ren­contrer dans l’immé­diat, ce qu’elle regrette vive­ment.

Aussi a t-elle demandé à madame Céline Mounier, Conseillère à son Cabinet, de bien vou­loir vous rece­voir, en com­pa­gnie des Présidents des Conseils Départementaux de l’Ordre des Infirmiers.

*******************************************************

Pour les détails du rendez-vous, merci de contac­ter direc­te­ment : ordre.infir­mier17@ya­hoo.fr

Cette ren­contre est une reconnais­sance de la légi­ti­mité des conseils dépar­te­men­taux. Le niveau natio­nal n’étant élu que le 25 novem­bre 2008, il était normal que les repré­sen­tants de la pro­fes­sion soient enten­dus.

Reste à savoir si cette réu­nion :
- consis­tera en une véri­ta­ble écoute des atten­tes des pro­fes­sion­nels,
- ou sera juste une action de com­mu­ni­ca­tion du Ministère pour dire qu’il a vu les repré­sen­tants de l’Ordre... mais sans reti­rer son texte !

Partager l'article