Les infirmières et les soins de santé primaires

2 mai 2008

Prise de position du Conseil international des infirmières (CII), fédération de 125 associations nationales d’infirmières représentant des millions d’infirmières à travers le monde.

Le Conseil international des infirmières (CII) pense que l’équité et l’accès aux
services de soins de santé primaires, en particulier s’agissant des services
infirmiers, sont essentiels pour améliorer la santé et le bienêtre
de tous les
individus.

Avec ses associations membres, le CII plaide en faveur du droit de chacun de
bénéficier de services de santé équitables et efficaces. Le CII et ses
associations membres réaffirment les principes contenus dans la Déclaration
d’Alma Ata sur les soins de santé primaires en tant que moyen de parvenir à
un niveau de santé qui permettra aux individus de mener une vie productive
du point de vue social et économique.

Aux niveaux national et international, le CII et ses membres collaborent déjà
avec les gouvernements et les organisations non gouvernementales en vue
d’assurer une mise en oeuvre plus efficace des soins de santé primaires. Dans
le cadre de la planification et de fourniture des services de soins de santé
primaires, le CII recommande avec insistance l’adoption d’une approche
multisectorielle et l’adhésion aux principes suivants :

- Les services de santé doivent être accessibles à tous, sur une base
équitable, et encourager au maximum : la participation de l’individu et
de la communauté dans la planification et la mise en oeuvre
opérationnelle des services ; la concentration de l’attention sur la
prévention de la maladie et la promotion de la santé ; la promotion de
technologies appropriées et abordables ; ainsi que la promotion d’une
approche multisectorielle nécessaire pour la réalisation du bienêtre
de la société.

- En matière de soins de santé, l’accent doit être mis sur l’individu, la
famille ou le groupe qui a besoin des services, qu’il s’agisse de
services visant la promotion de la santé, la protection contre la
maladie et l’invalidité, les soins et la réadaptation ou
l’accompagnement dans une mort douce et dans la dignité.

- L’enseignement à l’attention des fournisseurs de soins de santé doit
être scientifique et respectueux de la déontologie et doit reconnaître
la primauté des déterminants sociaux de la santé.

- Les fournisseurs de soins de santé doivent respecter les droits de
l’individu, de la famille et de la communauté à prendre une décision
en toute connaissance de cause quant aux soins et aux traitements y
afférents.

- Les résultats des recherches et l’évaluation des progrès
technologiques doivent directement bénéficier aux patients et aux
autres clients des services de santé.

- À l’appui des soins de santé primaires, le CII estime particulièrement
important que les concepts en soient intégrés à tous les niveaux de
l’enseignement des soins infirmiers et que le rôle des infirmières dans
ce domaine soit renforcé et articulé à tous les échelons, aux plans
international et national.

Information de base

La population mondiale est confrontée à un avenir où la santé et le bienêtre
risquent d’être compromis par l’évolution technologique incontrôlée, par
l’épuisement des ressources naturelles et la dégradation de l’environnement,
par la croissance démographique, ainsi que par l’impact des nouveaux
problèmes de santé (tels que le sida) et des maladies connues depuis
longtemps (comme le paludisme). D’autres facteurs, comme le vieillissement
de la population et les préoccupations liées aux personnes atteintes de
maladies chroniques ou se trouvant au stade terminal, entraînent une
croissance de la demande en services sanitaires et sociaux.

En 1978, le CII faisait part de son soutien aux soins de santé primaires et de
son intention de coopérer, au niveau national et international, avec les
organisations gouvernementales et non gouvernementales en vue de faire
des soins de santé primaires une réalité effective dans le but de satisfaire les
besoins sanitaires des populations.

Dans les années qui ont suivi, le CII et les associations nationales
d’infirmières (ANI) ont contribué aux pressions exercées en faveur de
l’intégration de programmes et de principes touchant aux soins de santé
primaires dans l’enseignement destiné aux fournisseurs de soins de santé,
dans la planification et la fourniture des services ainsi que dans les processus
de recherche et d’évaluation.

Nombre d’ANI s’efforcent actuellement de
promouvoir des initiatives pour l’intégration des services de soins primaires de
santé dans les pratiques et les politiques touchant aux soins infirmiers.

Les infirmières sont la principale catégorie de personnels de santé à fournir
des soins de santé primaires à tous les niveaux et à maintenir des liens entre
les individus, les familles, les communautés et le reste du système des soins
de santé. En travaillant avec d’autres membres des équipes de soins de
santé, avec d’autres fournisseurs de soins, voire de leur propre chef, les
infirmières explorent des moyens novateurs afin d’accroître le bien-être et
d’améliorer la santé, toute en prévenant la maladie et l’invalidité.

Les infirmières contribuent à l’amélioration de l’équité et à l’accès aux soins de
santé en apportant une valeur ajoutée qualitative aux résultats des soins. Il est
enfin particulièrement important d’intégrer les soins de santé primaires à tous
les programmes de formation aux soins infirmiers.

Partager l'article