Exercice professionnel

Les infirmières françaises vont pouvoir prescrire... au Québec !

Nos confrères expatriés au Québec vont pouvoir profiter d’une règlementation moins rétrograde pour donner la pleine mesure de leurs compétences.

10 novembre 2015
prescription infirmiere

Au Québec, la règlementation permettant la prescription infirmière entrera en vigueur le 11 janvier 2016, dans les domaines des soins de plaies, de la santé publique et des problèmes de santé courants.

Cela concerne les infirmières québécoises qui ont une formation universitaire, mais également l’IDE "titulaire d’un Diplôme d’État sanctionnant un programme d’études sur le territoire de la France et avoir obtenu un permis de l’OIIQ en vertu de l’Entente France-Québec" ! https://www.oiiq.org/pratique-infir...

Il faudra juste passer une formation de deux heures portant sur les considérations déontologiques et la démarche de prescription.

Ainsi, il sera possible pour les infirmières et infirmiers de prescrire certaines analyses de laboratoire, ainsi que des produits, des médicaments topiques et des pansements utilisés en soins de plaies. Ils pourront de plus prescrire des médicaments liés aux programmes de santé publique, notamment en matière de contraception hormonale et d’infections à gonorrhée ou à Chlamydia chez une personne asymptomatique.

Actes autorisés au Québec par le Décret 839-2015, du 23 septembre 2015

SOINS DE PLAIES

2. L’infirmière peut, dans le cadre de l’activité qui lui est réservée de déterminer le plan de traitement relié aux plaies et aux altérations de la peau et des téguments et de prodiguer les soins et les traitements qui s’y rattachent :

1° prescrire les analyses de laboratoire suivantes :
- a) préalbumine et albumine ;
- b) culture de plaie ;

2° prescrire les produits, les médicaments et les pansements reliés au traitement des plaies et aux altérations de la peau et des téguments suivants :
- a) les produits créant une barrière cutanée ;
- b) les médicaments topiques, sauf la sulfadiazine et ceux relatifs au traitement dermatologique ou oncologique ;

c) les pansements. Avant de prescrire une analyse, l’infirmière doit s’assurer qu’un résultat récent de cette analyse pour le patient n’est pas autrement disponible. Avant de prescrire des produits, des médicaments ou des pansements à un patient présentant des facteurs de comorbidité, l’infirmière doit s’assurer d’obtenir l’évaluation médicale de l’état de santé du patient. L’infirmière doit communiquer au médecin traitant ou à l’infirmière praticienne spécialisée qui assure le suivi de l’état du patient le résultat des analyses de laboratoire prescrites ainsi que le nom des pansements, des produits ou des médicaments prescrits.

3. L’infirmière doit consulter un médecin ou une équipe de professionnels dédiée aux soins de plaies lorsque la plaie n’évolue pas favorablement dans les délais reconnus ou anticipés quant aux soins donnés. Elle doit diriger le patient vers un médecin lorsque les signes et symptômes suggèrent une détérioration de l’état général du patient.

SANTÉ PUBLIQUE

4. Dans le cadre du programme national de santé publique pris en application de la Loi sur la santé publique (chapitre S-2.2), l’infirmière peut :
- 1° prescrire la contraception hormonale, un stérilet ou la contraception orale d’urgence, selon le protocole national développé dans le cadre d’une activité qui découle de ce programme ;
- 2° prescrire un supplément vitaminique et l’acide folique en périnatalité ;
- 3° prescrire un médicament pour le traitement de la pédiculose ;
- 4° prescrire un médicament pour la cessation tabagique, sauf la varenicline et le bupropion ;
- 5° prescrire un médicament pour le traitement d’une infection gonococcique ou d’une infection à Chlamydia trachomatis chez une personne asymptomatique ayant eu un résultat d’analyse positif au dépistage et prescrire les tests de contrôle, selon le protocole national développé dans le cadre d’une activité découlant de ce programme ;
- 6° prescrire un médicament pour le traitement d’une infection gonococcique ou d’une infection à Chlamydia trachomatis chez une personne asymptomatique identifiée comme partenaire sexuel d’une personne présentant l’une ou l’autre de ces infections et prescrire les tests de contrôle, selon le protocole national développé dans le cadre d’une activité découlant de ce programme.

PROBLÈMES DE SANTÉ COURANTS

5. L’infirmière peut exercer les activités professionnelles suivantes :
- 1° prescrire un médicament pour le traitement des nausées et vomissements non incoercibles chez la femme enceinte ;
- 2° prescrire un médicament topique pour le traitement de l’infection fongique (candida) de la peau ou des muqueuses chez le bébé et chez la mère qui allaite.

Pour plus de détails : https://www.oiiq.org/pratique-infir...

Partager l'info



 


toute l’Actualité