Réaction syndicale

Logement : halte à l’impôt déguisé !

Communiqué confédéral du 06.07.11

7 juillet 2011

Non content de la mise en place d’un surloyer inadmissible dans les logements sociaux pour en faire sortir les classes moyennes, non content d’un prélèvement de 2,5 % sur les sociétés HLM, l’État, après 8 réunions de « concertation », persévère dans ses hold-up réguliers sur les finances d’Action Logement (ex-1% logement).

Il est toujours très aisé d’être généreux en piochant dans la poche de son voisin.

L’État a du mal à gérer ses contradictions : il a du mal à maîtriser ses dépenses, il ne veut pas augmenter les impôts mais, de manière pour le moins hypocrite, il fiscalise sans le dire Action Logement. Il envisage de ponctionner 3,4 milliards d’euros sur 2012-2014 !

Tout cela se ferait au mépris du projet exposé par les partenaires sociaux et de l’accord national interprofessionnel sur l’emploi des jeunes.

Voilà, à n’en pas douter, une mesure qui réjouira les salariés qui ont déjà bien du mal à boucler leur fin de mois !

Le gouvernement nous fait penser à ces médecins qui saignaient le malade pour le guérir et qui continuent de le faire après son évanouissement pour faire sortir la « mauvaise humeur ». C’est sans aucun doute la mauvaise humeur des salariés que notre gouvernement veut voir sortir pour en arriver à proposer de telles solutions.

De l’extrême ponction sur le 1 % Logement amorcée par Madame Boutin en passant par les ponctions de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) et de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) sans aucun respect de la parole donnée par l’État par le ministre Borloo, la situation devient tendue dans le monde du logement social. Le modèle économique d’Action Logement est désormais mis en péril ! Face aux aspirations des jeunes, des salariés, des retraités à se loger décemment, la CFE-CGC dénonce une fois encore l’approche du ministère en charge du logement et les atteintes récurrentes portées aux salariés.

Non respect de la parole donnée, siphonage des collecteurs d’Action Logement, la CFE-CGC dit STOP ! Si l’État maintient son approche, elle envisagera, avec ses partenaires, toutes les mesures y compris juridiques à tous les niveaux possibles pour faire respecter le contrat social établi !

Le service communication CFE-CGC

Partager l'info



 


toute l’Actualité