Médecine du travail : le pied du mur (29.02.08)

1er mars 2008

La CFE-CGC avait dénoncé les problèmes de fonctionnement de la médecine du travail à plusieurs reprises : indépendance des acteurs, manque de clarté des comptes, manque de moyens...

Le Conseil économique et social (CES) en instituant une gestion paritaire à égalité employeurs salariés, un équilibre jamais atteint en médecine du travail, crée les conditions pour s’assurer de la transparence des comptes et de la bonne adéquation des moyens à la mission.

La création d’une instance régionale correspond à une optimisation et à une garantie d’indépendance et d’efficacité des moyens. Elle se situe au niveau optimal pour instituer des coopérations nécessaires avec les autres préventeurs (CRAM, INRS, ARACT, OPPBTP).

L’avis du CES est approuvé à la quasi totalité des voix des partenaires sociaux et ne comporte aucune opposition. Maintenant, la balle est dans le camp du gouvernement : c’est au pied du mur que l’on voit le maçon !

Le gouvernement a ainsi la possibilité de mettre sur pied un système libéré de ses contraintes inutiles.

Aujourd’hui, la prévention est de plus en plus nécessaire étant donné l’émergence de nombreuses pathologies professionnelles, en particulier en rapport avec le stress...

(communiqué confédéral du 29.02.08)

Partager l'article