International, Francophonie

Objectifs du millénaire pour le développement

En septembre 2000, à l’occasion du Sommet du millénaire des Nations Unies, les leaders du monde entier ont adopté une série d’objectifs et de buts assortis d’échéances et mesurables afin de combattre la pauvreté, la faim, la maladie, l’analphabétisme, la dégradation de l’environnement et la discrimination à l’égard des femmes.

25 avril 2009

Placés au coeur de l’agenda mondial, ces objectifs sont désignés désormais sous le nom d’Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Les huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) - qui vont de la réduction de moitié de l’extrême pauvreté à stopper l’avancée du VIH/SIDA en passant par l’éducation primaire pour tous, tout cela d’ici la date butoir de 2015 - constituent un projet auquel tous les pays du monde et les principales institutions mondiales de développement ont adhéré. Ils ont galvanisé des efforts sans précédent dans le but de répondre aux besoins des plus pauvres du monde.

- Réduction de l’extrême pauvreté et de la faim. 1,2 milliard d’êtres humains vivent toujours avec moins de 1 dollar par jour, mais 43 pays, représentant plus de 60 pour cent de la population mondiale, ont déjà atteint l’objectif de réduire la faim de moitié d’ici 2015, ou sont en passe de le faire.

- Assurer l’éducation primaire pour tous. 113 millions d’enfants ne vont pas à l’école, mais cet objectif est à notre portée; l’Inde, par exemple, devait parvenir à un taux de 95 pour cent d’enfants scolarisés avant 2005.

- Promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes. Les deux tiers des analphabètes du monde sont des femmes, et 80 pour cent de ses réfugiés sont des femmes et des enfants. Depuis le Sommet du Microcrédit de 1997, des progrès ont été accomplis dans la prise de contact et l’autonomisation des femmes pauvres, soit près de 19 millions de femmes pour la seule année 2000.

- Réduire de deux tiers le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans. 11 millions d’enfants en bas âge meurent chaque année, mais ce chiffre était de 15 millions en 1980.

- Réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle. Dans les pays en développement, le risque de mourir pendant l’accouchement est de un pour 48. Théoriquement, tous les pays disposent pourtant aujourd’hui de programmes pour une grossesse sûre et sont prêts à progresser.

- Inverser la propagation des maladies, en particulier le VIH/SIDA et le paludisme. Les maladies qui tuent ont réduit à néant une génération davantages liés au développement. Des pays comme le Brésil, le Sénégal, la Thaïlande et l’Ouganda ont prouvé qu’il était possible d’enrayer la progression du VIH.

- Assurer un environnement durable. Plus d’un milliard de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable; cependant, dans les années 1990, près d’un milliard de personnes ont obtenu l’accès à l’eau potable et autant au système sanitaire.

- Mettre en place un partenariat mondial pour le développement, avec des objectifs en matière d’aide, de commerce et d’allègement de la dette. Trop de pays en développement dépensent davantage pour le service de la dette que pour les services sociaux. Les nouveaux engagements en matière d’aide, souscrits pendant le seul premier semestre 2002, devraient cependant atteindre un montant supplémentaire de $12 milliards par an d’ici 2006.

Partager l'info



 


toute l’Actualité