PHRI : la recherche en sciences infirmières à l’AP-HP

5 mai 2010

Un appel à projets relatif au Programme hospitalier de recherche infirmière (PHRI) a été lancé en septembre 2009 par la Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (Dhos). Pour cette année 2010, le comité de sélection vient de choisir quinze projets de recherche dont cinq appartiennent à l’AP-HP. Que ce soit dans le domaine de la gériatrie, de l’anesthésie ou des conditions de travail, la recherche en sciences infirmières est aujourd’hui une réalité.

La recherche en sciences infirmières comprend tout d’abord l’étude et l’amélioration des connaissances et des pratiques de soins réalisés par les infirmières à l’hôpital, mais aussi au domicile, dans les écoles ou en milieu carcéral. Elle englobe également des réflexions sur l’organisation et l’apprentissage des métiers infirmiers et paramédicaux. La recherche en sciences infirmières, c’est enfin l’étude de l’environnement de travail, favorable ou défavorable, du personnel infirmier et paramédical.

Inspiré par le programme de recherche en qualité hospitalière (PREQHOS), le Programme hospitalier de recherche infirmière (PHRI) a pour objectif de développer la recherche dans plusieurs domaines : étude et amélioration des connaissances et des pratiques de soins réalisés par les infirmières à l’hôpital, au domicile, dans les écoles ou en milieu carcéral ; réflexions sur l’organisation et l’apprentissage des métiers infirmiers et paramédicaux.

Des programmes de recherche variés à l’AP-HP

Pour cette année, cinq projets de recherche déposés par des équipes de l’AP-HP ont été retenus par le comité de sélection :
- "Standardisation des soins infirmiers pour la surveillance des patients atteints d’encéphalopathie hépatique hospitalisés en réanimation" d’Isabelle Villard, à l’hôpital Beaujon de Clichy.
- "Impact de l’hypnose pré-opératoire avant induction anesthésique, sur l’anxiété des enfants de 10 à 18 ans" de KarineTiberghien de l’hôpital Robert-Debré.
- "Étude prospective randomisée de non-infériorité de la qualité d’une consultation infirmière versus une consultation médicale en médecine du voyage" par Delphine Leclerc de l’hôpital Avicenne.
- "Prise en charge de la fin de vie par les équipes soignantes : que pourrait-on faire de moins, que devrait-on faire de plus ?" par Laurence Fontaine de l’hôpital Louis-Mourier.
- "Étude sur l’évaluation de la pénibilité représentée par la prise en charge d’un patient atteint de la maladie de Huntington" de Marie-Laure Bourhis du groupe hospitalier Albert-Chenevier Henri-Mondor.

Partager l'article