Coopération entre professionnels, transfert et partage de compétences

Plan cancer 3 : l’infirmière clinicienne reconnue

11 novembre 2013

Le nouveau métier d’infirmière clinicienne devrait être créé par le Plan cancer 3 qui sera annoncé début 2014, a-t-on appris lors des Rencontres de la cancérologie française (RCFr) le 8 novembre 2013 à Lyon.

L’infirmière clinicienne est un des nouveaux métiers dont le rapport Vernant propose la création pour faire face aux transformations de l’organisation des soins en cancérologie impulsées par les thérapies innovantes dont les thérapies ciblées orales.

"On espère ce nouveau métier", a expliqué Hélène Espérou d’Unicancer, lors d’une session plénière sur l’évolution des professions de santé pour une coordination dans le parcours de soins. Cette nouvelle notion émane notamment des travaux menés dans le cadre du Plan cancer 2 sur l’infirmière de coordination.

Au sein d’Unicancer, une révision de la classification des métiers a conduit à individualiser des infirmières spécialisées avec une reconnaissance statutaire et salariale, a-t-elle cité.

Maryse Jeudy, infirmière à l’Hôpital Saint-Joseph à Paris, a présenté son expérience d’infirmière d’annonce puis en coordination acquise lors de l’expérimentation menée par l’Institut national du cancer (Inca) dans 35 établissements avec pour objectif de réduire les admissions aux urgences des patients. Son rôle de coordination est maintenant devenu son quotidien et il s’étend jusqu’à la réunion de concertation pluridisciplinaire d’après traitement (RCPAT).

Florence Ambrosino, infirmière libérale à Marseille, qui a passé dans cette ville le "master en sciences cliniques infirmières, option parcours de soins complexes", a travaillé sur le lien ville/hôpital pour anticiper le retour du patient à son domicile, connaître ses besoins et faciliter le lien avec le médecin traitant dans le but de sécuriser le parcours du patient.

"Nous avons besoin de professionnels de santé formés aux pratiques avancées, d’infirmières titulaires d’un master ou ayant acquis de l’expérience après cinq ou six ans en service de cancérologie", et cela ne pourra pas se faire "sans valorisation salariale, sans grilles salariales adaptées", a estimé le Pr Véronique Trillet-Lenoir, oncologue médicale aux Hospices civils de Lyon (HCL) et présidente des RCFr. "Nous en avons besoin à l’hôpital, et nos collègues de ville, les patients et nous en avons besoin en ville pour réussir le parcours de soins en cancérologie", a-t-elle ajouté.

Raymond Le Moign, sous-directeur des ressources humaines du système de santé à la direction générale de l’offre de soins (DGOS), s’est demandé si le cancer pouvait constituer un "laboratoire privilégié" pour avancer sur ces nouveaux métiers liés à la notion de parcours de soins et proposer un nouveau modèle pour d’autres pathologies.

Pour l’infirmière de pratique avancée ou clinicienne qui ouvre le champ à plus d’autonomie (organisation et prescription), on sort du métier socle et cela relève d’un nouveau métier, a-t-il expliqué.

Une ficher métier a été élaborée dans le cadre de la préparation du futur Plan cancer 3 (par le Pr Trillet-Lenoir) et elle va être proposée aux acteurs, a-t-il annoncé. Elle définit le métier qui ne devrait pas être restreint à la cancérologie.

"Cette fiche est même consensuelle entre les ministères de l’enseignement supérieur et de la santé : elle a donc les meilleurs atouts" pour être adoptée, a indiqué Raymond Le Moign.

Pour les masters en pratique avancée, "on ne peut pas se dispenser d’avoir une réflexion en termes de statuts", a approuvé Yves Matillon des HCL.

Jean-Paul Vernant, professeur d’hématologie à l’Université Pierre et Marie Curie a remis officiellement son rapport à Marisol Touraine et Geneviève Fioraso le 2 septembre 2013, dans le cadre de la préparation du 3è plan cancer. http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Re...

"Le 2e plan cancer (action 18-1) recommandait de « personnaliser les parcours des malades en déployant la coordination réalisée par des infirmiers coordonateurs de soins… » « les postes d’infirmiers d’annonce pourront être élargis pour intégrer ces nouvelles missions ». Trois Masters extrêmement hétérogènes quant au volume et au niveau d’enseignement ont été mis en place pour, notamment, préparer les infirmiers à ces nouvelles fonctions."

"Cette formation permettra d’obtenir le titre d’infirmier spécialiste clinicien et préparera les infirmiers à la gestion du parcours de soin (de l’annonce jusqu’à la consultation de fin de traitement) avec délégation de parole pour l’éducation thérapeutique et délégation pour la prescription des bilans pré-thérapeutique et de suivi thérapeutique, et délégation pour la prescription de certains soins de support."

Partager l'info



 


toute l’Actualité