Coopération entre professionnels, transfert et partage de compétences

Québec : 500 postes d’infirmières praticiennes spécialisées (IPS)

15 juillet 2010

MONTRÉAL, 14 juillet 2010 – « De nouvelles approches en soins de première ligne, un meilleur accès aux services et l’assurance d’un financement consacré uniquement à la création de 500 postes d’infirmières praticiennes spécialisées (IPS) en soins de première ligne et à leur formation, voilà l’essentiel de ce que nous retenons de l’importante annonce du ministre de la Santé et des Services sociaux , le Dr Yves Bolduc », déclare la présidente de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Mme Gyslaine Desrosiers.

L’annonce du ministre, faite en conférence de presse aujourd’hui dans les bureaux de l’OIIQ, confirme un budget de plus de 117 millions de dollars réservé exclusivement à la création de nouveaux postes d’IPS et à leur formation. « L’an dernier, nous avions recommandé de doter le Québec d’un plan complet sur le déploiement des IPS. Notre mémoire couvrait tous les éléments, de l’incitation à poursuivre des études, en passant par un programme de bourses d’études, la collaboration des médecins à la formation, le création et l’intégration des postes d’IPS. Nous sommes heureux de constater que le gouvernement a adhéré à notre vision et aux propositions de l’OIIQ. Le financement confirmé par le ministre Bolduc permettra d’atteindre un nombre suffisant de postes d’infirmières praticiennes spécialisées pour faire une différence réelle dans l’accessibilité des soins », ajoute Mme Desrosiers.

« C’est un moment très important et attendu qui conclut positivement près de dix ans de travail pour intégrer cette fonction d’infirmière praticienne spécialisée dans le réseau », précise la présidente de l’OIIQ. « Dans un contexte où 25 % de la population n’a toujours pas de médecin de famille, l’arrivée de nouvelles professionnelles qui travailleront en première ligne fera une différence notable, en particulier dans les groupes de médecine familiale (GMF) ».

De nouveaux joueurs clés dans le réseau

On compte actuellement 25 IPS en soins de première ligne au Québec. Grâce à l’annonce ministérielle, environ 60 nouvelles IPS, possédant une maîtrise et un diplôme d’études supérieures spécialisées en sciences infirmières et en soins de première ligne, intégreront chaque année le réseau de la santé. À ce rythme, ce sont plus de 500 IPS, partenaires du médecin de famille, que le système de santé accueillera.

Un nouveau modèle de collaboration médecin-infirmière est particulièrement adapté aux soins de première ligne qui comprennent notamment ceux destinés aux personnes aux prises avec une ou plusieurs maladies chroniques. Les infirmières praticiennes jouent un rôle essentiel auprès de cette clientèle en procédant aux suivis réguliers, en appliquant certains traitements médicaux, ainsi qu’en prescrivant des tests diagnostiques et des médicaments.

« Avec la création du rôle d’IPS en soins de première ligne, on peut parler d’une nouvelle approche et d’une meilleure adaptation de soins de santé aux défis que pose la très grande prévalence des maladies chroniques qui ne cessera d’augmenter avec le vieillissement de la population », poursuit Mme Desrosiers. « C’est un fait reconnu dans le milieu de la santé, particulièrement en Ontario où elles sont 1250 IPS en soins de première ligne, qu’elles font une différence significative dans les délais d’attente et dans l’accès aux soins de santé ».

« La création de 500 nouveaux postes d’infirmières praticiennes de première ligne et leur formation, c’est l’aboutissement d’un travail intense de concertation avec les intervenants des milieux de la santé et de l’éducation. Avec l’annonce d’aujourd’hui, le gouvernement démontre qu’il appuie pleinement les infirmières praticiennes spécialisées dans leur nouvelle approche de soins, en partenariat avec les médecins. L’OIIQ accueille avec fierté ce témoignage de confiance à l’égard des infirmières. Avec leurs compétences, les IPS relèveront le défi de participer à l’amélioration de l’accessibilité des soins de première ligne dont bénéficiera la population », conclut Gyslaine Desrosiers.

Source : http://www.oiiq.org/publications/co...

Partager l'info



 


toute l’Actualité