Ordre des Infirmières

Au Québec, l’Ordre pousse à la création de 500 postes d’infirmières praticiennes spécialisées

l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) exerce un lobbying pour la création de 500 postes d’infirmières praticiennes spécialisées, dites "superinfirmières".

22 mars 2010

Montréal, 16 mars 2010 – L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) est extrêmement inquiet du silence entourant la création de 500 postes d’infirmières praticiennes spécialisées (IPS) en soins de première ligne promise en octobre 2009 par le ministre de la Santé et des Services sociaux. Cette annonce a été faite par le ministre Bolduc devant plus de 2000 infirmières et infirmiers réunis au dernier congrès annuel à Québec.

« À l’approche du budget qui sera déposé par le ministre des Finances vers le 25 mars prochain, l’OIIQ demeure sans nouvelles du financement des 500 postes d’infirmières praticiennes destinées à s’intégrer aux groupes de médecine de famille », a déclaré la présidente de l’OIIQ, Gyslaine Desrosiers.

Pourtant en décembre 2009, les acteurs du milieu de la santé comme ceux de l’éducation ont appris que les ministres de la Santé et de l’Éducation, M. Yves Bolduc et Mme Michelle Courchesne, avaient donné le feu vert à la présentation d’un dossier de financement tant pour les postes d’infirmières praticiennes que pour les programmes de formation. Une décision du Conseil des ministres à ce sujet était imminente. Depuis, rien n’émane du gouvernement. D’ailleurs, hier, dans un communiqué portant sur des solutions concertées, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec et la Fédération des médecins spécialistes du Québec ont uni leurs voix pour réclamer la création des postes d’infirmières praticiennes.

« Alors que l’Ontario compte 1240 infirmières praticiennes de première ligne, le Québec n’en compte que 19. Partout où elles exercent, elles font une différence notable sur les délais d’attente et sur l’accès aux soins de santé. Cela est un fait connu et reconnu par tous dans le milieu de la santé », a ajouté Mme Desrosiers. On sait également que les superinfirmières sont requises depuis plusieurs années pour améliorer l’accès aux services de première ligne dans un contexte où 1,5 million de Québécois et de Québécoises n’ont pas de médecin de famille. On estime que 500 infirmières praticiennes permettraient à près d’un demi-million de personnes d’avoir accès à ces services de première ligne.

Le gouvernement Charest a non seulement promis d’améliorer les services de santé mais il a fait du déploiement des infirmières praticiennes son engagement numéro 1 en santé lors de la campagne électorale de novembre 2008. « Qu’est-ce que le gouvernement attend pour annoncer la solution qui fait largement consensus pour réorganiser la première ligne au Québec ? a demandé Mme Desrosiers. La situation est tellement urgente que s’il n’y a pas d’annonce claire de financement dans les prochains jours, la formation des futures IPS pour l’année 2010 sera compromise. »

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec est un ordre professionnel régi par la Loi sur les infirmières et les infirmiers (L.R.Q., c. I-8) et par le Code des professions (L.R.Q., c. C-26). Sa principale fonction est d’assurer la protection du public par la surveillance de l’exercice de la profession infirmière. L’OIIQ a également pour mandats de promouvoir une pratique infirmière de qualité et de contribuer au maintien des compétences des infirmières.

Source :
- http://www.oiiq.org/publications/es...
- http://lejournaldequebec.canoe.ca/j...
- http://www.radio-canada.ca/nouvelle...

Partager l'info



 


toute l’Actualité