Indemnités journalières des arrêts de travail

18 juin 2008

Communiqué confédéral du 26.07.10

Après le grattage, le tirage ! Le gouvernement joue au grattage et au tirage, après la fiscalisation il rabote encore les indemnités journalières des arrêts de travail !

La CFE-CGC s’indigne devant les décisions du gouvernement de raboter encore les indemnités journalières de la sécurité sociale. Les prétextes sont dignes des comptes d’apothicaire et ne méritent pas de s’y attarder.

La réalité est trop simple les salariés en arrêt de travail pour un accident à cause du travail auront la triple peine :
- la souffrance
- la fiscalisation
- l’amputation de leurs droits avec cette dernière manipulation.

Rappelons que la fiscalisation des indemnités journalières ne touche que ceux qui sont soumis à l’impôt c’est dire si les cadres sont concernés !

À cela il faut rappeler que les cadres qui cotisent sur l’intégralité de leur salaire ne sont pas indemnisés à la hauteur de leur salaire, et de loin, pour les indemnités journalières !

C’est dans ce contexte que de savants chercheurs à l’IRDES établissent des projections pour mettre en place le bouclier sanitaire à la place des affections de longue durée, en ne tenant compte ni des indemnités journalières plafonnées et rabotées, ni des cotisations fonction du revenu sans plafond pour les membres de l’encadrement !

La CFE-CGC interpelle le gouvernement sur ses actes laissant supposer que les cadres sont héritiers d’une charge et d’un privilège !

La CFE-CGC rappelle que les cadres, s’ils sont cadres ou professionnels, c’est le fruit de leur travail, de leurs études (non prises en compte pour la retraite) et de leur investissement professionnel.

Le service communication

Partager l'article