Paiement des jours fériés

16 mai 2015

En 2015, le mois de mai compte 4 jours fériés : 1er mai, 8 mai, jeudi de l’Ascension, lundi de Pentecôte. Ces jours fériés peuvent être chômés et rémunérés, si la loi ou la convention collective de l’entreprise le prévoit.

Jours chômés

Seul le 1er mai est obligatoirement chômé, c’est-à-dire non travaillé. Le travail n’est autorisé ce jour-là que dans les secteurs qui ne peuvent pas interrompre le travail (santé, sécurité, transports...).

Les autres jours fériés ne sont chômés que si la convention collective de l’entreprise ou l’usage le prévoit.

Jours payés

Si le 1er mai tombe un jour habituellement travaillé, il doit être obligatoirement payé. Si le salarié est payé à l’heure, à la journée ou au rendement, il a droit à une indemnité égale au salaire de cette journée. Le salarié qui travaille le 1er mai voit son salaire doublé.

Pour un autre jour férié que le 1er mai, s’il tombe un jour habituellement travaillé et qu’il est chômé dans l’entreprise, il est seulement payé aux salariés mensualisés qui ont au moins 3 mois d’ancienneté. La convention collective peut prévoir des dispositions plus favorables pour les salariés sans ancienneté. Si le jour férié est travaillé, aucune majoration de salaire n’est imposée, sauf si une disposition plus favorable existe dans la convention collective.

Lundi de Pentecôte

C’est un jour férié comme les autres. Si le lundi est un jour habituellement travaillé dans l’entreprise et qu’il est chômé le lundi de Pentecôte, il est rémunéré ou non selon les modalités applicables dans l’entreprise pour les autres jours fériés. Cependant, de nombreuses employeurs l’associent à la "journée de solidarité" qui, elle, n’est pas rémunérée.

Partager l'article