Surcoût des événements indésirables associés aux soins à l’hôpital

23 novembre 2011

Premières estimations à partir de neuf indicateurs de sécurité des patients

Cette étude Irdes/Drees fournit de premières estimations nationales du coût de prise en charge d’une partie des événements indésirables associés aux soins qui surviennent à l’hôpital, en exploitant les données hospitalières collectées en routine. Neuf indicateurs de sécurité des patients, permettant d’identifier des événements indésirables nécessitant une attention particulière et sur lesquels il est possible d’intervenir en amont, ont été retenus.

Les résultats montrent que 0,5 % des séjours hospitaliers sont associés à l’un ou l’autre de ces neuf événements indésirables. Il existe toutefois de fortes disparités de surcoûts, ceux-ci pouvant varier d’un peu plus de 500 € pour les traumatismes obstétricaux à environ 20 000 € pour les septicémies. Ces surcoûts sont étroitement corrélés avec la durée des séjours et l’intensité des soins.

En 2007, le coût total de prise en charge de ces neuf événements indésirables est estimé à 700 millions d’euros, concentré à 90 % sur quatre événements indésirables (désordres physiologiques et métaboliques post-opératoires, septicémies post-opératoires, escarres et embolies pulmonaires post-opératoires).

Les événements indésirables examinés dans cette étude sont associés à une augmentation significative du coût et de la durée de séjour à l’hôpital. Cette question nécessite donc d’être explorée dans la perspective d’améliorer la qualité des soins tout en renforçant le rapport coût-efficience des établissements.

Enfin, les estimations de coûts fournies
dans cette étude sont partielles car il s’agit
d’estimations de coût direct de prise en
charge des événements indésirables du
point de vue de l’hôpital. L’évaluation
économique complète d’un événement
indésirable lié aux soins nécessiterait de
prendre en compte, en sus du coût de prise
en charge à l’hôpital, les coûts directs et
indirects subis par le patient après l’hospitalisation
comme les charges médicales,
le coût de la perte de productivité
et du nombre de jours non travaillés et les
conséquences économiques d’une dégradation
de la qualité de vie.

Pour plus de détails :
- http://www.irdes.fr/Publications/2011/Qes171.pdf
- http://www.syndicat-infirmier.com/Majoration-du-risque-d-erreurs-de.html
- http://www.syndicat-infirmier.com/Guide-HAS-Annonce-d-un-dommage.html

Partager l'article