Ethique clinique, Relation soignant soigné

Un patient doit-il participer à la prise de décision concernant son parcours de soins ?

7 août 2016

Le « modèle paternaliste » voulant que le patient ne sait pas et que le médecin sait, cette « relation de pouvoir » a prévalu jusqu’au début des années 70. Mais par la suite, bien que remise en question, elle ne s’est pas évanouie du jour au lendemain, malgré des crises graves comme celle du sang contaminé qui a ébranlé la confiance du patient envers le système de santé.

Notre système reste axé sur le traitement des maladies aigües, il est dominé par des experts, orienté vers la recherche, piloté par des données et beaucoup trop “hospitalocentré”. Le patient n’a pas de rôle. Ce que nous voulons, c’est un système moins fragmenté qui implique beaucoup plus le patient et sa famille.

Pour améliorer la relation soignant/soigné, il faut mettre des mots sur les chiffres, savoir écouter, trouver un nouveau mode de fonctionnement entre les décideurs, les soignants et les citoyens.

En France, malgré la loi relative aux droits des malades de 2002, nous sommes toujours face à une grosse machine. Représenter les usagers, c’est une mission très compliquée. Les représentants des patients sont souvent des alibis, des faire-valoir, face à des lobbys puissants comme l’industrie pharmaceutique et aussi une administration centralisée peu réceptive. Le pouvoir médical reste lui aussi très for. Autant de forces qui laissent bien peu de place aux usagers, même si des avancées se font grâce au législateur. Les patients sont mieux formés et informés, des associations commencent à peser.

C’est un apprentissage mutuel certes difficile, mais il pourra tous nous aider. Les professionnels doivent tendre la main, nous avons énormément à apprendre des patients et de leurs proches. Il faut poursuivre, continuer de convaincre et avancer encore vers un langage et un sens communs.

Le constat, c’est qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire et pas mal de résistances des professionnels pour partager les prises de décision. La réalité, c’est aussi que ce sujet du patient partenaire commence seulement à être intégré dans la formation des futurs médecins et autres professionnels de la santé, et devrait l’être pour les futurs gestionnaires de la santé.

Voir également :
- http://www.syndicat-infirmier.com/R...
- http://www.syndicat-infirmier.com/R...
- http://www.syndicat-infirmier.com/L...

Partager l'info



 


toute l’Actualité